19124ème jour

SOS Médecins

Le matin je rentre de Barcelone à Paris et à peine arrivé chez moi, je fais venir un médecin qui me donne un traitement de cheval. Alors qu’il est chez moi, je découvre que l’une de mes deux enceintes à un bruit anormal.

19123ème jour

Musizieren à Barcelone

J’ai toujours aussi mal à la gorge, mais je me prends cependant une place à l’Auditori où l’orchestre du Liceu, sous la direction de son nouveau directeur Josep Pons donne de larges passages symphoniques de Wagner, sans doute en prévision de l’année du bicentenaire qui vient. Il y a l’ouverture des Maîtres Chanteurs, le prélude et la mort d’Isolde et bien sûr la Marche funèbre de Siegfried. Je reste scotché devant la magnifique prestation de la clarinette solo de l’orchestre dans l’Enchantement du Vendredi Saint.
Juste après le concert, je retrouve Nina, que je n’avais pas vue depuis si longtemps. On se retrouve avec un plaisir, partagé je crois, au beau milieu de la Plaça Catalunya. On déjeune ensemble au 4 Gats, on se promène sous le soleil dans le Parc de la Citadelle et vers cinq heures, nous allons chez Alban Berg qui donne une petite fête musicale. Au programme, en plus de beaucoup de joie de vivre, des pièces pour clarinette, violoncelle et piano. Puis le pianiste, bien connu dans le monde musical (il a même fait un Passion Classique) reste au piano et nous donne, juste pour notre plaisir, du Bach, du Beethoven et du Chopin. Malgré le bonheur de cette journée, j’ai toujours la gorge qui me fait horriblement mal et je rentre me reposer à mon hôtel.

19122ème jour

La Flûte d’Alban Berg (si si)

Il fait un temps vraiment horrible en cette fin avril à Barcelone. Je change d’hôtel et bouge pour un endroit ultra moderne près de la Plaça d'Espanya. Je déjeune à El Glop sur la Rambla et je vais chez un coiffeur du Barrio Gothico. Le soir je me rends au Liceu avec un petit panneau inscrit en catalan « Cherche une place ». Alban berg m’avait dit qu’il était totalement impossible de trouver une place pour cette flûte jouée par son orchestre mais dix minutes avant le début, un groupe d’ami m’a vendu une très bonne place. C’était un beau spectacle, une vision à la fois poétique et enfantine de la Flûte et j’étais heureux de voir pour la première fois mon ami Alban Berg dans une fosse d’opéra.
Je dîne à Cent Focs et je dois constater hélas que l’endroit, maintenant tenu par des chinois, est devenu bien médiocre. Je rentre en métro à mon hôtel alors qu’il tombe des trombes d’eau.

19121ème jour

Madrid Barcelone

Au cours de mes réunions du matin à Madrid, une collègue me donne quelques comprimés d’un anti inflammatoire qui semble calmer un peu ma douleur. Le soir, je reprends un vol Vueling pour Barcelone. A côté de moi dans l’avion, un ado à cheveux longs avec un énorme casque audio sur lequel il a collé une étiquette de bagage à main Vueling. Son charme et son insouciance me font rire.
Je prends un taxi et je vais à mon premier hôtel de Barcelone, qui est en fait un immeuble d’appartements. Pour une raison étrange, on me donne un immense appartement avec trois chambres. Le mal de gorge revient et je me couche tôt. Alban Berg m’appelle vers minuit mais je suis trop fatigué pour me relever.

19120ème jour

Paris Barcelone Madrid

Je me réveille avec un horrible mal de gorge et je commets l’erreur de le traiter par le mépris. En début d’après-midi, j’ai un vol Paris Barcelone, suivi d’un vol Barcelone Madrid. Comme je ne me suis pas enregistré sur le second vol, je dois courir dans l’aéroport de Barcelone avec ma valise, ressortir, m’enregistrer, repasser le contrôle des bagages à main et réembarquer. J’arrive à Madrid, je prends un taxi jusqu’à mon hôtel habituel de la calle Prado et je dîne avec un collègue dans un bar à flamenco. Chaque gorgée de rioja me fait mal. Il y a un gamin gitan, sans doute déjà star de flamenco, et qui se fait interviewer par une grosse équipe de la télévision.

19119ème jour

La loose

Johann annule le dîner. Que fais-je faire du petit ours hongrois? Que fais-je faire de cette soirée ? Rien en fait. Oserai-je l’avouer ? J’ai regardé Camping 2 à la télévision. La loose complète.

19118ème jour

Budapest Paris

A l’aéroport de Budapest, j’achète un petit ours en peluche habillé d’un tricot rouge marqué Hungary, à l’attention de Johann, un garçon avec lequel je dois dîner le lendemain.
Le soir, dîner avec mon ami E. à la Vinoteca, avec bien sûr du prosecco pour arroser les spaghetti au homard.

19117ème jour

Budapest

Journée de travail dans la banlieue de Budapest. Dîner avec des collègues près du lac. Retour à pied par la magnifique avenue Andrassy. Une pensée pour Gustav en traversant le Terez Korut. Nuit.

19116ème jour

Paris Budapest

En ce centième anniversaire de la naissance de Kathleen Ferrier, vers neuf heures, je vote à l’école à côté de chez moi, je prends un café en terrasse au soleil au Dôme de Villiers et je vais à Roissy pour prendre mon vol pour Budapest. C’est la première fois que je vais en Hongrie depuis la faillite de la compagnie Malev et Air France a clairement revu ses tarifs à la hausse.
J’ai plaisir à revenir à Budapest où je n’avais pas mis les pieds depuis près de deux ans. Je paye le taxi en me débarrassant de tous mes florins qui ont perdu 30% de leur valeur depuis mon dernier séjour. Je loge comme d’habitude au K+K à deux pas de l’opéra où a sévi l’ami Gustav pendant deux saisons. C’est d'ailleurs devant l’opéra que je retrouve Peter qui est vêtu d’une veste militaire bleue marine à brandebourgs et arbore maintenant une courte barbe et toujours ses beaux yeux clairs. On boit un verre dans un bistro banal et on repasse à mon hôtel pour une partie de jeux qui ressemble fort à la précédente. Peter aime toujours autant les pieds de ses partenaires.
A vingt heures, je regarde sur France 24 les résultats prévisibles du premier tour de l’élection présidentielle et je vais me réconforter au café Callas avec une très bonne Wienerschnitzel et deux verres de tokay. Il y a un violoniste, un contrebassiste et un pianiste qui jouent fort bien des airs variés, du genre de ce qui se joue au café Florian. A la table voisine, un groupe de français dont deux vieilles qui chantent ravies un bout de Traviata et la valse devenue insupportable de Schostakovich. J’ai également droit à de nombreux commentaires sur les résultats de l’élection, commentaires qui me font songer que, décidément, les français ont le dirigeant qu’il mérite, que celui-ci s’appelle François ou Nicolas.

19115ème jour

22

Passé une bonne partie de la journée à écouter le merveilleux 22ème Concerto de Mozart dans les deux versions de Daniel Barenboim (English Chamber Orchestra et Berliner Philharmoniker) en admirant de plus en plus les deux sérénades pour vent du deuxième mouvement et le beau thème serein du dernier.
Et puis aussi beaucoup de temps à mettre à jour ces pages. Je me demande bien pourquoi je continue à passer du temps à cette tâche maniaque voire obsessionnelle

19114ème jour

Brahms par l’orchestre Philharmonique de Radio France et Gustavo Dudamel (2/4)

Je me souviens vaguement que Brice m’a appelé au milieu de la nuit mais je ne sais plus pourquoi. Apparemment il était avec son ami Sidi dans un appartement inoccupé et ils buvaient sans doute un peu trop. Il ne sait toujours pas s’il viendra avec moi le week-end prochain.
Le soir, je gare ma voiture près de Pleyel et je vais en velib retrouver HLG chez lui afin de l’accompagner au deuxième concert Brahms de l’orchestre philharmonique de Radio France sous la direction de Gustavo Dudamel. Le beau contrebassiste blond n’est pas là ce soir et j’ai toujours du mal à entrer dans ce Brahms fort bien joué, mais beaucoup trop léger et lumineux. Les cors français ne sont définitivement pas faits pour Brahms et si la Deuxième Symphonie supporte à peu près ce traitement, la Quatrième n’y résiste pas. A côté de moi, comme à son habitude, HLG suit le concert en regardant une partition de poche. Celle de la Deuxième Symphonie a appartenu à Alfred Cortot, elle est raturée au crayon de papier noir par Cortot lui-même et, surtout, il émane d’elle une puissante odeur de vieux papier assez désagréable. Mais comme je l’indique à HLG, cette partition doit être bien contente de prendre l’air et d’entendre ce qui est imprimé dans ses entrailles.
Après le concert, nous allons saluer Gustavo, toujours aussi sympa, qui me dédicace (trois fois) le livret de sa Cinquième Symphonie de Mahler. Je ramène HLG chez lui et nous dînons en tête à tête dans sa salle à manger bleue et parlant de bien des choses et en particulier de Kempff, de Chopin, d’étonnantes confidences sur un châtelain de trois mois son aîné et aussi de cette intéressante interview de Daniel Barenboim au sujet de Mahler.

19113ème jour

Mozart et Bruckner à Pleyel par Daniel Barenboim et la Staatskapelle de Berlin II

Le matin, en sortant de chez moi, je croise Noël Lee qui va sans doute au conservatoire et à qui je dois la découverte, alors que j’étais adolescent, de la musique pour piano à quatre mains de Schubert, et en particulier, de la Fantaisie en fa mineur.
En voiture, je m’énerve tout seul après la malheureuse Eve Ruggieri, dont je découvre qu’après Lits et Hundelle, elle prononce aussi la Staatskappel, pour parler de l’orchestre de Daniel Barenboim avec qui j’ai de nouveau rendez-vous le soir.
Retour à Pleyel donc où Barenboim joue et dirige le 22ème concerto, peut-être mon préféré, et un peu mal-aimé, coincé entre les populaires 21ème et 23ème. Je suis encore en arrière scène et c’est merveilleux de voir la complicité entre Barenboim et ses musiciens. En particulier, dans l’Andante, il y a deux petites sérénades pour les bois (deux merveilles) que Barenboim dirige assis, uniquement par ses yeux et sa bouche, les deux bras sagement rangés sur le piano. Et puis aussi, le merveilleux thème lent du dernier mouvement qui me fait donne systématiquement les yeux humides. En bis, non pas Schubert comme la veille, mais Mozart avec l’Andante cantabile de la Sonate K330. En seconde partie la Neuvième Symphonie de Bruckner, époustouflante, en particulier le scherzo qui semble faire vibrer la salle entière par sa puissance démesurée.

19112ème jour

Déjeuner avec un client à La Luna qui a la mauvaise idée de transformer sa cassolette de homard aux lardons de l’hiver en une cassolette homard petits légumes de l’été, plus légère peut-être mais beaucoup plus ennuyeuse.
Le soir, je me rends à Pleyel pour le premier des deux concerts Mozart-Bruckner de Daniel Barenboim à la tête de sa Staatskapelle. Le concert démarre avec le 24ème Concerto sublimement interprété par un Barenboim saisi par la grâce en particulier dans le Larghetto. Je suis en arrière scène et la complicité entre le soliste et ses musiciens est évidente. En bis, Barenboim nous donne le Rondo finale de la Sonate en ré majeur D850 et nous fait découvrir ce mouvement superbe sous un angle totalement différent, plein d’ironie et d’espièglerie. A l’entracte, je suis surpris d’apercevoir HL présent au rang VIP et je vais gentiment moquer devant lui sa présence à un concert Barenboim. Au même rang, se trouvait Pierre Boulez (bien affaibli), Gustavo Dudamel et François-Frédéric Guy (qui jouera le Chant de la terre en version piano à Marrakech en janvier prochain).
Très belle Septième de Bruckner en deuxième partie qui montre combien Barenboim a su monter le niveau de ce qui n’était il y a peu, que l’orchestre de l’opéra de Berlin-Est
Après le concert j’accompagne HLG en coulisse et autour de Barenboim se pressent dans la loge Pierre Boulez et Gustavo Dudamel. Barenboim accueille HLG par une phrase un rien ironique : "Alors, Monsieur LG, vous êtes de la vieille école. Vous pensez toujours qu’on ne peut pas diriger bien à la fois Bruckner et Mahler?" HLG était très embarrassé pour se sortir de cette mauvaise passe, mais il a beaucoup vanté (à juste titre) le Bruckner de Barenboim.

19111ème jour

Le cousin de Brice

Je rentre de Milan en fin de matinée et après un peu de shopping chez Gibert, je passe prendre un tartare au café Beaubourg. Vers une heure du matin Brice m’appelle et me dit qu’il a envie de me voir. Je ne résiste pas et, après une douche, je vais le chercher à Aulnay. Je comprends assez vite qu’il veut en fait aller chez son cousin pour une petite fête. L’idée m’amuse assez et entre deux et trois heures, nous débarquons chez le cousin qui habite une grande barre moche à Bezons. Je suis assez vite adopté par cette bande de gamins qui picolent, fument et sniffent du poppers en quantités étonnantes. Le cousin de Brice est lui aussi un garçon sensible. Il est d’ailleurs très beau malgré (en raison ?) d’une opération chirurgicale récente. Il y a aussi un petit chihuahua très affectueux qui se balade partout et n’a pas l’air affolé par l’atmosphère. Vers quatre heures je rentre chez moi. Je travaille le lendemain.

19110ème jour

Paris Milan

En m’asseyant au volant de ma voiture ce matin, j’ai tout de suite senti que ma bague n’était plus à mon annulaire. Or je me souvenais parfaitement l’avoir mise avant de partir de chez moi. Mes chances étaient faibles mais j’ai décidé de refaire mon parcours en sens inverse en inspectant les trottoirs de la rue de Constantinople et de la rue de Madrid. Je suis rentré au café de l’Europe, j’ai inspecté le sol, demandé s’ils n’avaient pas trouvé une bague, mais non... J’ai continué jusqu’à chez moi et, devant ma porte, j’ai ouvert le couvercle de la grosse poubelle verte de mon immeuble et lorsque j’ai soulevé le deuxième sac d’ordures que j’y avais jeté un quart d’heure avant, j’ai entendu un cling et j’ai vu ma bague rouler. Elle avait quitté mon doigt lorsque j’avais jeté mes sacs. Elle ferait partie des objets de ma vie auxquels je suis attachés car ils sont associés à une petite aventure.
J’atterris à Milan vers midi quinze et aussitôt je me connecte depuis mon iPhone au site du Festival de Lucerne pour tenter d’avoir deux places pour le concert de l’année, la Huitième de Mahler, la dernière des symphonies que Claudio Abbado n’ait pas encore dirigée depuis qu’il vient à Lucerne. Le site du festival répond avec un temps de réponse d’environ dix minutes mais une heure plus tard, je reçois l’email de confirmation. Je serai à de nouveau à Lucerne cette année.
Le soir, dîner à Il Borghetto, un restaurant florentin de Milan avec un collègue où nous partageons une merveilleuse côte de bœuf et des pommes de terres dites Erotica

19109ème jour

Carnage sur le Titanic

Journée passée à ne pas faire grand-chose. Dans l’après-midi, je regarde Carnage, un film encore jamais vu de Polanski, que je guette dans les scènes du couloir, car on l’entrevoit derrière une porte entrouverte. Film nettement moins bien que la pièce de Yasmina Reza avec Isabelle Huppert que j’avais eu le bonheur de voir avec ma fille aînée.
Le soir, pour le centième anniversaire du Titanic, TF1 diffuse le film de James Cameron et je me fais captiver une nouvelle fois par ces scènes pourtant vues et revues.

19108ème jour

En velib

Un samedi comme tant d’autres avec un passage chez Gibert et à la Chaumière à musique, puis un tartare au café Beaubourg. Alors que je rentre chez moi en velib, je grille un feu rouge sur les grands boulevards et je me fais arrêter par la police. Le flic rentre dans un grand discours moral et me dit qu’il ca me donner une contravention de 90 euros. Je prétends ne pas avoir de papiers sur moi, mais ma carte bancaire fait l’affaire et il part un long moment pour trouver les informations sur moi sur son système informatique embarqué. Il revient et, au moment où il va commencer à remplir la contravention, sa collègue le rejoint et lui dit qu’ils doivent se dépêcher car ils sont attendus ailleurs. Le flic me rend mes papiers en me disant que j’ai de la chance et non sans refaire un couplet moralisateur.
Je regarde Time Out en bluray, un film que je n’avais même pas remarqué lors de sa sortie en salle, par le même metteur en scène que Retour à Gattaca, et dont j’ai beaucoup aimé l’atmosphère.
Dîner avec une de mes filles à la Sardegna.

19107ème jour

Brahms par l’orchestre Philharmonique de Radio France et Gustavo Dudamel (3/1)

Ce soir, je devais aller voir Gaspard Proust à Amiens (oui, à Amiens car je n’avais pas réussi à avoir de place à Paris, je devais être très motivé ce soir là) et Brice devait m’accompagner. En fin d’après-midi, aucune nouvelle de Brice, il ne répond plus à rien, ni au téléphone, ni aux SMS. Vers 18h00, il m’appelle, mais non ça n’est pas lui, c’est sa sœur qui me raconte qu’il a oublié son téléphone chez elle, qu’il est parti un peu bourré et qu’elle a vu que j’avais essayé plusieurs fois de le joindre. Comme il est déjà tard, je change de plan et je décide de me prendre une place de dernière minute pour le premier concert Brahms que donne Gustavo Dudamel à la tête de l’orchestre Philharmonique de Radio-France. Comme je ne suis ni trop jeune, ni assez vieux, je dois payer très cher l’avant dernière place disponible en caisse (les petits malins gardent semble-t-il les meilleures places pour le cas où quelqu’un serait prêt à la payer au prix fort). Alors que je fais la queue pour acheter ma place, j’admire un jeune musicien en frac, blond comme les blés et qui s’avèrera être l’une des contrebasses de l’orchestre.
Que dire de ce concert ? C’est bien, c’est plutôt finement joué, c’est souvent agréable mais ça n’est pas du Brahms. Pour moi Brahms, ce sont les brumes de l’Allemagne, un cor rêveur mais profond, des cordes sourdes. Et les orchestres français obtiennent rarement ce son germanique, même si Kurt Masur parvenait parfois à le faire surgir des musiciens de l’orchestre National. Donc ce soir, c’est beau (surtout la Première Symphonie), mais ça n’est pas du Brahms.

19106ème jour

Bravo !

Dans la journée, j’apprends sans être vraiment surpris qu’Eric est lauréat du concours de la veille.

19105ème jour

A la salle Cortot

Vers onze heures, je me rends à la salle Cortot pour ce que je croyais être un récital à heure bizarre d’Eric Artz et qui s’avère être le concours de l’Ecole Normale. J’arrive alors qu’une jeune pianiste Aoko Soga joue la fin du Tombeau de Couperin de Ravel. Une autre lui succède, Ami Hasegawa pour la Sonate en si mineur de Chopin et la Deuxième sonate de Prokofiev. Je ne suis convaincu mi par l’une ni par l’autre. Puis un peu avant midi, arrive enfin Eric Artz pour un programme particulièrement varié : Les Suggestions diaboliques de Prokofiev, Reflets dans l’eau de Debussy, la sonate La tempête de Beethoven et enfin, Apres une lecture de Dante, de Liszt, cette dernière œuvre que j’avais déjà entendue sous les doigts d’Eric en décembre et qu’il a, semble-t-il, beaucoup travaillée depuis. Le public, très froid au début se laisse conquérir et fait un beau triomphe à Eric.
Le soir, Maksim, le russe grindrien croisé à Istanbul semble vouloir reprendre contact. Je ne réponds pas.

19104ème jour

Brice the nice

Je devais dîner ce soir avec Juventas, le garçon un peu voyant avec qui j’avais dîné en septembre. J’avais même réservé une table au Matignon mais, alors que je me prépare, je suis en discussion avec Brice, cet autre garçon que j’avais beaucoup vu en 2010 (nous étions même allés à Amsterdam ensemble). Juventas m’appelle et je me souviens en l’écoutant qu’il a l’habitude de dire LOL chaque fois que quelque chose l’amuse (assez souvent d’ailleurs). Cela me rappelle que je l’avais trouvé passablement ennuyeux, je lui raconte un bobard, que j’ai peur de tomber amoureux de lui que je préfère ne pas le revoir et je confirme à Brice que nous passerons la soirée ensemble.
Je pars chercher Brice à Aulnay, je le retrouve devant chez lui, il est toujours aussi beau. Nous revenons à Paris, nous arrivons pile à 9h30 pour dîner chez Isami, on va chez moi, on boit du champagne comme on bon vieux temps, mais aussi du gin coca. Brice prépare deux joints (j’avais oublié qu’il roulait à la perfection), on fume on écoute Erikah Badu, Shazz, Phoenix, Klaus Nomi et Adele Et même du vrai Henry Purcell. Je lui fais découvris Foster the People et excités par une telle découverte, et sans doute un peu cassés par la fumette, nous achetons sans réfléchir deux places pour le concert de Cologne de Foster the People le 2 mai.
Vers quatre heures, j’ai appelé un taxi pour Brice. Je n’étais pas vraiment en état de le ramener. C’était une belle soirée. Je me demande bien pourquoi il avait cessé de me voir après cette nuit passée ensemble en 2010.

19103ème jour

Andrew

En ce lundi de Pâques, déjeuner très tardif chez Janou avec Andrew, un grindrien sans grand intérêt qui a l’air prêt à s’accrocher à moi comme une bouée de secours, ce qui a une nette tendance à m’effrayer.

19102ème jour

Un déjeuner. Un dîner

Déjeuner chez HLG dans la salle à manger un rien compassée en présence d’une de ses vieilles amies qui fait la vaisselle avec mon aide alors que HLG fait la sieste.
Dîner avec l’une de mes filles chez Pizzetta piu grande.

19101ème jour

Claude de France

Je continue la reconquête de mes étagères de CD beaucoup trop remplies. Le beau coffret Debussy de la Deutsche Grammophon m’aide en réduisant de quelques centimètres les Préludes de Michelangeli, le Pelleas d’Abbado et les pages orchestrales de Boulez.

19100ème jour

Maksim (suite et fin)

Je suis toujours en discussion avec Maksim, le grindrien russe et très beau que j’avais capté à Istanbul. Cependant, il devient de plus en plus énervant à la limite de l’agressivité et, il a beau venir prochainement à paris, je l’envoie promener.

19099ème jour

Un dîner dans les beaux quartiers

Dîner très agréable chez mon client snob qui me fait beaucoup rire quand, alors qu’il débouche un magnum de champagne, il se plaint de l’arrivée prévisible d’un gouvernement socialiste.

19098ème jour

Beau temps

Une journée comme je les déteste, avec aucun souvenir, sauf un déjeuner en terrasse avec des collègues du Benelux et un lapin posé par Stef, un mec de Saint Germain el Laye.

19097ème jour

Milan Paris

Une réunion avec un client odieux le matin, un déjeuner avec un client adorable le midi. Le soir je rentre à Paris depuis Linate et je commande mon abonnement à Pleyel pour 2012-2013. Cette année, ce sera essentiellement la musique de chambre de Brahms par des membres de l’orchestre Philharmonique de Berlin. J’ai toutefois ajouté à l’abonnement les deux concerts Gergiev Schostakovich, les deux concerts Rattle Berlin et celui de Mariss Jansons avec le Concertgebouw.

19096ème jour

Où je joue entre Roissy et Orly

Comme j’avais pris un billet pour Milan depuis Orly et que je revenais par Roissy, j’ai eu l’idée intelligente d’aller à Roissy pour y laisser ma voiture, puis de prendre le bus Air France pour Orly. Arrivé à Orly, j’ai appris que mon vol était annulé et que l’on me proposait de partir depuis... Roissy. J’ai donc repris le bus Air France en sens inverse, bus où j’ai croisé le gérant de la Sardegna, qui s’avère donc ne pas être si sarde que ca...
Le soir, dîner au Restaurant 13 Jugno de la via Goldoni où je n’avais pas mis les pieds depuis plusieurs années et où j’ai découvert le vin YRMN.

19095ème jour

Perfect Sense

Après un déjeuner au café di Roma avec mes filles, nous allons voir Perfect Sense, ce film bien oubliable avec Ewan Mc Gregor où une étrange maladie fait que les terriens perdent peu à peu leurs sens. Dîner au nouveaau restaurant de l’Opéra Garnier à la décoration amusante.
janvier 2017
decembre 2015
novembre 2015
octobre 2015
septembre 2015
aout 2015
juillet 2015
juin 2015
mai 2015
avril 2015
mars 2015
fevrier 2015
janvier 2015
decembre 2014
novembre 2014
octobre 2014
septembre 2014
aout 2014
juillet 2014
juin 2014
mai 2014
avril 2014
mars 2014
fevrier 2014
janvier 2014
decembre 2013
novembre 2013
octobre 2013
septembre 2013
aout 2013
juillet 2013
juin 2013
mai 2013
avril 2013
mars 2013
fevrier 2013
janvier 2013
decembre 2012
novembre 2012
octobre 2012
septembre 2012
aout 2012
juillet 2012
juin 2012
mai 2012
avril 2012
mars 2012
fevrier 2012
janvier 2012
decembre 2011
novembre 2011
octobre 2011
septembre 2011
aout 2011
juillet 2011
juin 2011
mai 2011
avril 2011
mars 2011
fevrier 2011
janvier 2011
decembre 2010
novembre 2010
octobre 2010
septembre 2010
aout 2010
juillet 2010
juin 2010
mai 2010
avril 2010
mars 2010
fevrier 2010
janvier 2010
decembre 2009
novembre 2009
octobre 2009
septembre 2009
aout 2009
juillet 2009
juin 2009
mai 2009
avril 2009
mars 2009
fevrier 2009
janvier 2009
decembre 2008
novembre 2008
octobre 2008
septembre 2008
aout 2008
juillet 2008
juin 2008
mai 2008
avril 2008
mars 2008
fevrier 2008
janvier 2008
decembre 2007
novembre 2007
octobre 2007
septembre 2007
aout 2007
juillet 2007
juin 2007
mai 2007
avril 2007
mars 2007
fevrier 2007
janvier 2007
decembre 2006
novembre 2006
octobre 2006
septembre 2006
aout 2006
juillet 2006
juin 2006
mai 2006
avril 2006
mars 2006
fevrier 2006
janvier 2006
decembre 2005
novembre 2005
octobre 2005
septembre 2005
aout 2005
juillet 2005
juin 2005
mai 2005
avril 2005
mars 2005
fevrier 2005
janvier 2005
decembre 2004
novembre 2004
octobre 2004
septembre 2004
aout 2004
juillet 2004
juin 2004
mai 2004
avril 2004
mars 2004
fevrier 2004
janvier 2004
decembre 2003
novembre 2003
octobre 2003
septembre 2003
aout 2003
juillet 2003
juin 2003
mai 2003
avril 2003
mars 2003
fevrier 2003
janvier 2003
decembre 2002
novembre 2002
octobre 2002
septembre 2002
aout 2002
juillet 2002