16628ème jour

Le grand jour

Donc aujourd'hui c'était le grand jour, la présentation à notre client, objet de ce voyage. Une table de travail très cosmopolite avec côté client, un anglais, un indien et deux coréens et de notre côté, deux anglais, deux français, un philippin, un singapourien et un coréen. Après le meeting, je me balade pour la première fois dans les rues de Seoul. Je marche jusqu'à Kyobo Book qui est la fnac locale.
Le soir, je vais prendre un verre avec mes deux collègues anglais et mon client anglais. Nous le rejoignons au nouveau Hyatt de Seoul qui est un hôtel vraiment incroyable. Nous nous installons à un premier bar, pus nous le quittons car nous trouvons le prix des bières trop élevé. Nous nous retrouvons dans un autre bar, dans un jardin qui domine la ville. Et nous partons pour deux heures de discussion. Et les bières défilent. Je ne sais combien. J'ai du en prendre trois. Eux quatre. L'addition arrive. 278000 won. 280 dollars... Ils sont fous ces coréens!

16627ème jour

Un déjeuner à Seoul

Ce matin, lever à l'aurore. Nous partons visiter un site industriel à 150 km au sud de Séoul. Notre collègue coréen nous conduit dans sa Kia noire, copie très silencieuse des Mercedes classe E. La route est ennuyeuse. Il pleut en permanence. La file de gauche de l'autoroute est bizarrement réservée aux autobus qui nous dépassent à des vitesses affolantes.
Nous visitons le site, plutôt mal tenu et équipé de matériels antédiluviens. J'observe à cette occasion que le coréens, lorsqu'ils serrent la main, en s'inclinant à la japonaise, se tiennent le coude droit avec la main gauche.
Retour identique à l'aller.
Nous déjeunons dans un restaurant à l'enseigne aux lettres coréennes bariolées rouges et jaunes. Le hamburger est plutôt bon. Je me réjouis en me disant que j'ai enfin rempli la mission impossible confiée par Michael.
Je demande à notre collègue coréen : "Is it a korean restaurant?"
Il me répond, hyper sérieux : "No! This is american. Donald is american."
Eh merde.
Encore perdu.

16626ème jour

Un diner à Seoul II

Eh bien ce soir, rien que pour me faire plaisir, ils ont remis ça. Ils ont trouvé un vrai petit restaurant coréen, just à côté de chez le client. On y est allé à 18 heures pour être sûr d'avoir de la place. Car j'ai oublié de vous dire que les coréens dînent à 18 heures. Pour moi qui aime les horaires d'Andalousie, c'est le bonheur. La décoration du restaurant de ce soir était assez minimaliste. Murs en béton, avec quelques tuyaus censés apporter une climatisation en panne. Le reste était comme hier. J'ai oublié aussi de vous dire que la serveuse vient découper la viande avec de grands cisaux, dans un geste très raffiné.
On m'avait placé face au coréen de la bande, histoire de me faire apprécier les slurps et rots divers.
Ah sinon j'ai un un petit moment de bonheur chez le client dans l'après midi. Une assistante nous a apporté des cannettes de jus de mangue très frais. Je me suis vraiment régalé avec. Très fier d'avoir réussi la mission dite impossible confiée par Michael, j'ai noté l'étiquette et la marque : www.lottechilsung.co.kr et en tout petit derrière : under license del Monte USA.

16625ème jour

Un dîner à Seoul

La place réservée aux clients se trouve sur une petite estrade en parquet très propre. Il faut se déchausser pour y accéder et les convives s'assoient en cercle sur des petits coussins posés à même le sol. La commande est rapide, menu unique oblige. La serveuse, dans une tenue locale est coiffée d'un faux chignon en laine noire de forme aérodynamique. Quelques minutes plus tard, deux serveurs apportent la table entièrement dressée, c'est à dire recouverte d'une trentaine d'assiettes pleines. C'est là que les ennuis commencent : il n'y a rien de bon. Du crabe sans chair, des légumes sans goût et pleins de trucs bizarres : une omelette en forme de soufflé, un bouillon insipide avec quelques grains de riz grillés au fond, le tout arrosé par un alcool de soja à 25°.
Mais le plus dur à supporter est la façon qu'ont les coréens de manger: ils font le maximum de bruit, des slurps langoureux chaque fois qu'ils boivent, parlant de préférence quand ils ont la bouche garnie, et une mention spéciale aux nouilles chinoises qu'ils aspirent à grand bruit alors qu'elles dégoulinent sur leur menton. J'ai observé également qu'un rot était le bienvenu pour faire part de son contentement.
Seule exception pour le boeuf en barbecue, acceptable malgré sa sauce trop sucrée. L'addition, elle, est est plutôt salée avec 30.000 won, soit 30 dollars par tête.
Comme me l'avait dit un client turc avant mon départ : "Au moment du retour, vous aurez sûrement faim."

16624ème jour

Premières impressions

Le 747 se pose massivement sur la piste. Une bouffée de chaleur moite nous accueille à la sortie de l'avion. L'aéroport est tout neuf, aseptisé, comme souvent sur ce continent. Il a été construit il y a quelques années sur une île, à une cinquantaine de de kilomètres de la capitale. Je monte dans un taxi. Le chauffeur tient absolument à me mettre un DVD de rock. Je préfère regarder la grande autoroute qui défile avec ses panneaux verts incompréhensibles. Nous empruntons le péage qui relie l'aéroport au continent. Le ciel est blanc, la mer est grise. Nous mettons plus d'une heure à traverser la ville. A un moment, nous laissons passer un long défilé contre la guerre en Irak. J'arrive enfin à l'hôtel. Il faut que je tienne jusqu'au soir pour contenir le décalage horaire.

16623ème jour

Nouveau départ

Ce soir je refais mes valises. Je retourne à Roissy. Et je m'envole pour un pays où je ne suis encore jamais allé. Pour ne pas abandonner les bonnes habitudes, je donnerai dès demain quelques indices et le premier de mes lecteurs à le découvrir gagne la Première Symphonie de Mahler par l'orchestre Symphonique de Chicago et le regretté Giulini.
Son évidemment exclus du concours Michael, Manu, tigger et Alban Berg.

16622ème jour

Eric Artz

Le jour de la fête de la Musique nous sommes allés Alban Berg et moi à un concert au Conservatoire à côté de chez moi. C'était un concert qui n'avait en fait aucun lien avec la fête de la musique et à ma grande suprise la salle était vide. Nous y étions essentiellement allé pour deux sonates pour violoncelle et piano, l'une de Brahms, l'autre de Beethoven. Belles interprétations surtout celle de Beethoven par une jeune violoncelliste au son superbe, en particulier dans les pasages doux et calmes. Mais à ma grande surprise, le clou du concert consistait en deux pièces de Chopin, entre les deux sonates pour violoncelle. Première Ballade, Premier Scherzo. Au piano Eric Artz. Très calme, il relève le couvercle du piano pour que celui-ci sonne mieux, et s'installe pour vingt minutes de prodige. Je vais sans doute exagérer mais ce que j'ai entendu l'autre jour tient à une sorte de mélange improbable d'Horowitz et de Rubinstein : la virtuosité implacable du premier et des passages de tendresse absolue quand il fait chanter son instrument comme seul le vieil Arthur savait le faire.
Chapeau bas.
Et retenez ce nom : Eric Artz.

16621ème jour

Une rencontre

Ce soir, alors que je rentrais chez moi, j'ai croisé Seiji Ozawa qui marchait au milieu de l'avenue Matignon, l'air fatigué, habillé comme un touriste, une casquette américaine mal posée sur ses longs cheveux gris. Je n'ai pas eu la présence d'esprit de le saluer.

16620ème jour

Lignes et signes

Lorsque je m'étais rendu à Istanbul il y a quelques mois avec une de mes collègues, nous avions déjeuné avec mes clients. Le Directeur financier de mon client, jeune femme enceinte jusqu'aux dents, avait proposé de lui lire les lignes de la main. Je les revois toutes deux, assises face à face, se livrant à l'exercice. L'apprentie-sorcière, après avoir longuement regardé la paume de la main, lui avait prédit "beaucoup de changement et un grand voyage". La prédiction m'avait bien sûr fait sourire tellement elle était banale. Mais j'avais lu dans le regard de ma collègue une expression amusée que je n'avais pas su décoder. La croisant dans les couloirs cet après midi, elle me dit :
- Tu sais que je m'en vais?
- Non....
- Eh si, je quitte la Société, d'ailleurs je pars à l'étranger...
- Ah oui? Où ça?
- A Londres...

16619ème jour

Blogue ta musique

Il y a quelques années, j'ai assisté à un concert salle Pleyel où l'orchestre de Paris accompagnait le grand Mstislav Rostropovitch. Je crois qu'il interprétait les variations roccoco mais je n'en suis plus sûr à cent pour cent.
A l'entracte, Slava était dans le hall, à une petite table et il dédicaçait ses disques. Il avait un gros marqueur pour les pochettes de 33 tours et un stylo à bille noir pour les jaquettes de cassettes audio. Dans la file, je suis le seul avec un CD, ces étranges objets n'étant apparus que quelques mois auparavant. Rostropovitch le prend dans ses mains, presque avec curiosité. C'était son enregistrement, récent à l'époque, des sonates de Brahms avec Rudolf Serkin. Perplexe, il hésite entre les deux stylos, puis me déclare en souriant avec son gros accent russe : "Compact disc, alors compact stylo!"
Posté dans le cadre de l'opération Blogue ta musique, qui n'a pas lieu cette année. Mais y glande quoi Mediatic?

16618ème jour

Déprimes

Lorsque je me souviens d'un événement vieux d'il y a cinq ans, ou d'il y a dix ans, il me semble toujours très proche. L'an 2000, la première élection de Chirac, la guerre du golfe me semblent être survenus il y a fort peu de temps. Lorsque je songe à l'âge qui sera le mien lorsqu'une période de temps identique se sera écoulée à compter de ce jour, je préfère bien vite orienter mon esprit vers d'autres directions, tant ces pensées sont déprimantes.
Lorsque je serai à une semaine de mon dix huit mille deux cent soixante cinquième jour, je dois absolument me souvenir de quitter Paris, de partir seul, au loin, sans téléphone et sans laisser d'adresse à quiconque et d'occuper mon esprit à des pensées non calendaires.

16617ème jour

Snobismes musicaux

J'ai toujours été amusé par le côté élitiste de la musique classique, son aspect un peu intimidant alors qu'il est si facile pour n'importe qui, avec quelques conseils, de trouver une dizaine oeuvres que l'on va adorer pour le restant de sa vie... Ce côté presque snob de la musique est aussi alimenté par le fait qu'il est impossible de faire illusion sur sa culture musicale. Il suffit d'un simple article "le concerto pour piano de Beethoven" au lieu de "un concerto" pour être perçu comme "quelqu'un qui n'y connait rien..."
A l'usage de ceux qui aiment frimer avec la musique classique, je voudrais recommander les compositeurs peu connus du grand public et au nom exotique. Il est impossible de paraitre cultivé avec Mozart, Beethoven, Schubert, Brahms ou Mahler. Beaucoup trop connus. En revanche, apprécier Janacek, Scriabine (les oeuvres de la fin, pas quand il composait comme Chopin) ou quelques maîtres mineurs mais au nom à la belle consonnance, comme Reicha, Kozeluh, Galuppi, Berwald, Kodaly ou Busoni... La musique contemporaine est aussi un moyen parfait de se distinguer. Il convient bien sûr de mépriser tout compositeur connaissant du succès, en particulier au disque, comme Gorecki, Part, Adams ou Glass. Mais je vous garantis que vous ferez sensation en disant que vous adorez Je sens un deuxième coeur l'une des dernières oeuvres pour alto, violoncelle et piano de la compositrice finnoise (vivant à Paris) Kaija Saariaho. Ou bien un concerto pour violon d'Alfred Schnittke (pas "le", hein, "un", sinon, tout est raté)

16616ème jour

Good

C'était un vieux ticket de métro. Il était dans la poche arrière d'un jean récemment passé à la machine à laver. Il était tout chiffonné. Illisible. Pourtant il est parfaitement passé dans la machine à composter.

16615ème jour

Poupées russes

Il y a un moment magique dans ce film. Lorsque Wendy sort de la gare de Saint Petersbourg, triste et aux bords des larmes. La lumière de l'aurore est sublime. La rue, juste en face de la gare aussi. Et puis il y a la voix de Beth Gibbons, la chanteuse des Portishead, dans Mysteries. J'ai évidemment pensé à ce jour où j'avais découvert ce CD dans une boutique de Notting Hill. Et puis j'ai songé à cet autre jour où je découvrirai Saint Petersbourg...

16614ème jour

Brandon

Il était là, bien à l'heure, devant la fontaine Saint Michel, avec un jean troué aux genoux et un pull en coton blanc, un sourire gibbs très américain. Il a paru amusé par la new lada et m'a dit combien sa Nissan 350 restée à Atlanta lui manquait. Arrivés chez moi il s'est étonné que j'aie du coca à lui proposer. Alors qu'on discutait en écoutant du Craig David, ma main se baladait sur sa nuque fraichement coupée. Il ne s'est pas passé très longtemps avant qu'on se mette à s'embrasser. "I'm a little bit nervous" m'a-t-il dit. Moi je n'étais pas nerveux du tout, je profitais juste du moment... J'ai mis un moment à me rendre compte qu'il avait un piercing sur la langue. Depuis le lit on entendait encore Craig David au loin et le son assourdi accompagnait bien les caresses, les va et vient, les baisers. Après avoir joui, on est restés longtemps l'un contre l'autre en regardant les lumières de l'immeuble en face à travers la vitre sale. "I'm afraid to fall asleep" m'a-t-il dit soudain.
Je l'ai raccompagné à travers les rues. Boulevard Malesherbes, Madeleine. Place de la Concorde, la tour Effeil clignotait comme un fantôme, son éclairage traditionnel éteint. Il m'a embrassé une dernière fois alors que je le déposais à l'angle de la rue d'Assas et de la rue Vavin.

16613ème jour

CMG

J'ai assisté une seule fois dans ma vie à un concert de Carlo-Maria Giulini. Il dirigeait l'orchestre de Paris dans deux symphonies de Brahms. Je me souviens d'un silence incroyable dans la salle. Je me souviens d'un orchestre subjugué par le chef. Et je me souviens de la sublime mélodie si brahmsienne qui arrive après quelques mesures du premier mouvement de la Deuxième Symphonie. C'était tendre, rêveur, brumeux, magique.
Après le concert j'étais allé demander un autographe au Maestro dans sa loge de Pleyel. J'ai souvenir qu'il s'était changé, qu'il était assis, tout de noir vêtu. Lorsqu'un homme lui demandait un autographe, il restait assis. Lorsqu'une femme le saluait, il se levait aussitôt.
Le Maestro venait de fêter ses 90 ans. Il est décédé hier dans un hôpital de Brescia. Il sera inhumé dans le caveau de sa famille à Bozen.

16612ème jour

L'auberge espagnole II

Je ne sais trop pourquoi, j'ai revu ce soir l'Auberge espagnole à la télévision. Voila donc trois ans que je l'avais vu la première fois lors de sa sortie. Le film a moins vieilli que je ne l'aurais cru. Son statut de film culte me parait très excessif mais il embrasse si bien son temps. Je reste toujours énervé de l'usage de cette valse de Chopin totalement incongrue alors que Klapisch choisit d'habitude très soigneusement ses musiques. Je ne me souviens pas à l'époque avoir reconnu aussi facilement les lieux de tournage et j'en déduis que ma connaissance de la ville a du beaucoup s'approfondir depuis, sans doute grâce à l'amour que Michael lui porte et qu'il a su me faire partager.

16611ème jour

N'oubliez pas de vivre

Vous aurez adoré les ouvrages de Philippe Besson. Cette passion vous conduira à lire tous les ouvrages recommandés sur le site web de l'auteur. Vous les achèterez peu à peu. Vous tomberez sur celui ci, plus épais que les autres. Vous serez surpris par son choix stylistique inhabituel. Vous entrerez dans son univers clos qui vous rappelera peut-être votre propre jeunesse dans l'environnement impitoyable des classes préparatoires. Vous apprécierez les non dits et les silences. Vous vous demanderez quelle est la part d'invention de ces lignes, quelle est celle du vécu. Vous vous étonnerez qu'un auteur aussi jeune puisse être aussi talentueux. Vous vous demanderez si le demi-visage que l'on aperçoit en couverture est bien le sien. Vous quitterez le livre à regret, le soir, uniquement car vous savez qu'il convient de se lever tôt le lendemain. Vous verrez venir les dernières pages avec anxiété. Vous serez triste d'avoir achevé ce beau roman et heureux d'avoir découvert un écrivain prometteur.
Thibaut de Saint Pol : N'oubliez pas de vivre

16610ème jour

A chaud

Dans mon job précédent j'avais une collègue qui s'appelait Bourachot et un collègue qui s'appelait Nicolli. Un jour, j'ai vu qu'ils étaient tous deux à un pot. Et j'ai demandé à la première si elle connaissait le second. Comme elle m'avait répondu par la négative, j'ai fait les présentations : Nicolli. Bourachot. Et comme tout le monde se marrait autour sans qu'ils ne comprennent pourquoi, la jeune femme est devenue rouge comme une pivoine et m'a dit :"T'es vraiment con!"

16608ème jour

Parismobs #11

Les flashmobs vont fêter le mois prochain leur deuxième anniversaire. Les avis sont partagés sur la poursuite d'un mouvement qui se voulait éphémère. Certains se disent lassés. Et curieusement, alors que les flashmobs retournent au plus près de leur absurde originel puisque la presse s'en désintéresse aujourd'hui, ce sont souvent ceux qui se plaignaient de la surabondance médiatique des débuts des premiers rassemblements, qui aujourd'hui se disent lassés des foules intelligentes.
Les participants ne s'en lassent visiblement pas puisqu'ils étaient entre 800 et 1000 ce soir au jardin des Tuileries pour une clepsydre géante. Elle a été assez bien racontée par Gus, un blogueur que je découvre par la même occasion.
Quant à moi, je suis souvent fidèle dans mes goûts comme en amitié. Et j'aime toujours autant le tout début, la mise en place, les regards complices, le petit papier noir découvert...
A bientôt.

16607ème jour

Mon nouveau jouet

C'est Michael qui me l'a trouvé. C'est un petit programme. On l'installe sur le smartphone. Et à partir delà, chaque fois que l'on chante une note devant, le smartphone dit de laquelle il s'agit. Bon, il le dit en anglais. Mais il suffit de savoir que C, c'est do, D, c'est ré ...etc... Maintenant je peux répéter mon mi bémol du soir au matin. Et même la nuit. Jacqueline n'a pas fini de s'inquiéter.

16606ème jour

Tiens, un revenant...

Cher Flashmober, soyez très attentif à votre boîte mail vendredi 10 juin à partir de midi.
De nouvelles instructions s'y trouveront.
ParisMobs

16605ème jour

Des nouvelles du Tamagochi

Depuis hier la place libre est inférieure à la place occupée. Et pourtant je sens qu'il a encore très faim. Je me demande sérieusement si j'ai choisi le bon modèle.

16604ème jour

Get behind me Satan

Celà fait quatre ans environ que suis les White Stripes, depuis un article pleine page dans le monde qui m'avait donné une furieuse envie de les découvrir. J'avais adoré Elephant dont le premier titre Seven Nation Army avait totalement envahi mon printemps 2003. Je me souviens qu'on l'écoutait à fond dans la lada avec Mister Z.
Le nouveau CD des White Stripes est sorti aujourd'hui. Il s'appelle Get behind me Satan. Je le trouve exceptionnel. Un peu différent des précédents, donnant une large place au piano et à des instrumentations plus originales, mais avec un son immédiatement reconnaissable. Les White Stripes, qui étaient il y a deux jours a São Paulo, ne feront même pas une halte à Paris pour leur tournée mondiale cet été.

16603ème jour

Vide

Lorsque vient le dimanche soir, je n'aime pas le sentiment de n'avoir rien fait des deux jours écoulés. D'avoir vu un film inutile au cinéma. D'avoir erré dans le froid de mon appartement. D'avoir passé trop de temps derrière des écrans. D'avoir fait une fois encore avancer le compteur terrifiant des jours sans avoir su profiter du temps qui passe comme d'une bénédiction rare.

16602ème jour

WC turcs

J'étais enfant. Nous avions probablement déposé mes frère et soeurs à l'école. Maman conduisait sans doute la petite Ford Anglia blanche qu'elle avait à l'époque. Et elle m'avait dit qu'elle avait envie de faire pipi. Et il fallait une demie-heure pour rentrer à la maison. Je suppose à posteriori que ça l'ennuyait d'aller prendre quelque chose dans un café juste pour aller aux toilettes. A cette époque, celà ne se faisait pas pour une dame d'aller dans un café. Surtout juste pour faire pipi.
Moi, j'ai tout de suite pensé au garage de mon grand-père. Nous n'en étions pas très éloignés. Je ne savais pas trop si, pour des raisons anatomiques, l'endroit était adapté. Alors je lui ai posé cette question, restée depuis dans les annales de la famille : Maman tu peux faire dans les turcs?

16601ème jour

Démasqué

Discussion sur une messagerie quelconque avec un correspondant inconnu.
Lui : Et tu aimes quoi dans la vie?
Moi : Mahler, Rome, Bali, Visconti, Amsterdam, Obaldia, Bowie, Schubert, Paris, New York, the Comedian Harmonists, Pogorelich, Istanbul, São Paulo, Trenet, Karajan, Brahms, Klimt, Jeff Buckley, Berlin, le confused sex...
Lui : Et tu en es vraiment à ton 16.601ème jour?
Moi : Damned...

16600ème jour

Une photo

Elle a été prise lors du mariage de la soeur de mon père. Nous revenions de l'église et nous étions dans le jardin de l'hôtel où avait lieu le déjeuner. Mon père avait encore sa petite moustache à l'époque. Il portait l'un de ses éternels manteaux gris tristes et celà ne l'avait pas empêché de faire une des petites comédies qu'il affectionnait, même si elles étaient rares. Il avait aperçu dans un coin du jardin une remorque Michelin. Il avait attrapé une grosse fleur séchée qui avait l'allure d'un artichaut, se l'était mise à la boutonnière et avait parcouru le jardin ainsi décoré en trainant derrière lui la remorque. Mon oncle l'avait pris une photo et nous l'avait adressée quelque temps plus tard avec une légende humouristique au verso. Lorsque je la voyais, dans l'un des albums de famille, je soungeais souvent à cette légende devenue inaccessible et je me demandais si quelqu'un d'autre que moi se souvenait de cette légende. Aujourd'hui, je ne sais même plus où se trouve cette photo. Je préfère même ne pas le savoir...

16599ème jour

Fin de règne

La 607 bleue a changé de destination. Elle a quitté Matignon et se tient maintenant le plus souvent rue Portalis, devant l'appartement, déserté pendant trois ans, mais gardé vingt quatre heures heures sur vingt quatre par deux policiers. Bonnes vacances , monsieur le Premier Ministre.
janvier 2017
decembre 2015
novembre 2015
octobre 2015
septembre 2015
aout 2015
juillet 2015
juin 2015
mai 2015
avril 2015
mars 2015
fevrier 2015
janvier 2015
decembre 2014
novembre 2014
octobre 2014
septembre 2014
aout 2014
juillet 2014
juin 2014
mai 2014
avril 2014
mars 2014
fevrier 2014
janvier 2014
decembre 2013
novembre 2013
octobre 2013
septembre 2013
aout 2013
juillet 2013
juin 2013
mai 2013
avril 2013
mars 2013
fevrier 2013
janvier 2013
decembre 2012
novembre 2012
octobre 2012
septembre 2012
aout 2012
juillet 2012
juin 2012
mai 2012
avril 2012
mars 2012
fevrier 2012
janvier 2012
decembre 2011
novembre 2011
octobre 2011
septembre 2011
aout 2011
juillet 2011
juin 2011
mai 2011
avril 2011
mars 2011
fevrier 2011
janvier 2011
decembre 2010
novembre 2010
octobre 2010
septembre 2010
aout 2010
juillet 2010
juin 2010
mai 2010
avril 2010
mars 2010
fevrier 2010
janvier 2010
decembre 2009
novembre 2009
octobre 2009
septembre 2009
aout 2009
juillet 2009
juin 2009
mai 2009
avril 2009
mars 2009
fevrier 2009
janvier 2009
decembre 2008
novembre 2008
octobre 2008
septembre 2008
aout 2008
juillet 2008
juin 2008
mai 2008
avril 2008
mars 2008
fevrier 2008
janvier 2008
decembre 2007
novembre 2007
octobre 2007
septembre 2007
aout 2007
juillet 2007
juin 2007
mai 2007
avril 2007
mars 2007
fevrier 2007
janvier 2007
decembre 2006
novembre 2006
octobre 2006
septembre 2006
aout 2006
juillet 2006
juin 2006
mai 2006
avril 2006
mars 2006
fevrier 2006
janvier 2006
decembre 2005
novembre 2005
octobre 2005
septembre 2005
aout 2005
juillet 2005
juin 2005
mai 2005
avril 2005
mars 2005
fevrier 2005
janvier 2005
decembre 2004
novembre 2004
octobre 2004
septembre 2004
aout 2004
juillet 2004
juin 2004
mai 2004
avril 2004
mars 2004
fevrier 2004
janvier 2004
decembre 2003
novembre 2003
octobre 2003
septembre 2003
aout 2003
juillet 2003
juin 2003
mai 2003
avril 2003
mars 2003
fevrier 2003
janvier 2003
decembre 2002
novembre 2002
octobre 2002
septembre 2002
aout 2002
juillet 2002