19581ème jour

Itinéraires II

Dans la matinée mes filles m’informent par SMS qu’un vieil ami de leur mère est mort dans son sommeil, dans la nuit. Elles le connaissent bien et sont bien sûr choquées, d’autant plus que c’est leur première expérience de la mort d’un être proche. Je les emmène dîner à Itinéraires, mon restaurant du moment, toujours aussi épatant, avec un serveur adorable. Je découvre que le secret de la fraicheur de leurs légumes tient en la personne d’un maraîcher de la région parisienne, un esthète d’origine japonaise. Nous parlons bien sûr de l’ami disparu et je me souviens notamment qu’il avait sous sa responsabilité une équipe informatique qui avait laissé passer le bug informatique à l’origine de l’explosion en vol d’Ariane V.

19580ème jour

Jules chez Janou

Le soir, je retrouve devant chez Janou un grindrien très blond et originaire de Strasbourg. Je suis venu avec une bonne demi-heure d’avance afin d’être sûr d’avoir une jolie table en terrasse. La fille de l’accueil est adorable et tout s’arrange bien. La table est miraculeusement prête dès que Jules arrive. Il est exactement le genre de garçon qui m’attire, une sorte de Tadzio de bonne famille mais je réalise assez rapidement qu’il ne ressent rien de réciproque. De plus, il a l’air compliqué, il ne supporte pas la voiture, il ne donne pas son numéro de téléphone... Nous nous quittons avec la certitude de ne pas se revoir.

19579ème jour

Thomas

En voyant arriver Thomas près de ma voiture en bas de la rue Mouffetard, j’ai vite compris que je n’avais pas réservé le bon restaurant. Son air de très beau garçon et qui le sait, ses vêtements élégants mais voyants, se seraient mal accordés au cadre intime du Violon d’Ingres. J’ai annulé ma réservation et nous sommes allés au Café de l’Esplanade. J’ai peu de souvenir de notre discussion, juste le sentiment d’avoir passé la soirée à admirer son visage. Après dîner, Thomas n’avait nulle envie de se coucher et nous sommes allés au bar de l’Hôtel Costes où il avait absolument envie d’une fontaine de champagne. C’est de mon point de vue une idée bizarre que de boire du champagne avec des glaçons sauf si le champagne est très mauvais mais cela lui faisait visiblement plaisir. Je l’ai déposé à Montparnasse où il avait encore une soirée.

19578ème jour

Tommy IV et fin

Je prends mon petit déjeuner sans le prévenir. Il me rejoint mais je le laisse. Je pars seul au Palazzo Ducale visiter une exposition de photographies prises par le jeune Stanley Kubrick à New York dans les années cinquante. Il y a un vrai style dans ces photos, en particulier celles où Kubrick semble fasciné par Mickey, un adolescent de Brooklyn.
On prend la voiture à midi. Bref passage à Milan et déjeuner silencieux près du Duomo au restaurant au nom prédestiné Papa Francesco.
Vol de Linate à Paris de 17h10. On ne se dit même pas au revoir à Roissy et je le laisse se débrouiller seul pour rentrer à Paris.
Sur la page facebook d’Ambr*ise, que je continue d’espionner (oui j’ai honte), je découvre qu’il a affiché la photo de Kuta que j’avais prise de lui avec son tatouage Mickey surfer et avec comme commentaire quelque lignes de la chanson de Barbara Dis quand reviendras tu ?:
J´ai beau t'aimer encore, j´ai beau t'aimer toujours,
J´ai beau n'aimer que toi, j´ai beau t'aimer d´amour,
Si tu ne comprends pas qu´il te faut revenir,
Je ferai de nous deux mes plus beaux souvenirs.

19577ème jour

Tommy III où la catastrophe de Gênes

Nous passons la journée à Portofino. Je ne sais quand cela a démarré, mais Tommy m’énerve de plus en plus. Il est sans cesse sur grindr, il part sans m’attendre pour faire la petite promenade jusqu’au phare, ce qui fait qu’au retour on se perd et c’est moi qui l’attend un quart d’heure sur le port.
On part à Gênes, on fait une promenade rapide en ville mais rien ne l’intéresse. Il ne souhaite qu’aller en boîte mais j’en ai envie comme de me pendre. Je n’en peux plus. Je m’isole dans la baignoire de la salle de bains de l’hôtel. On part dîner chez Ugo, un restaurant assez banal de la vieille ville. Retour à l hôtel. Il insiste pour aller en boîte, je lui propose d’y aller seul. Il refuse. A 21h00, il veut dormir. Comme à 23h00 je bois de l’eau, cela le réveille et il est furieux. Il se met à faire du grindr jusqu’à une heure du matin et m'empêche à mon tour de dormir. J'ai eu la tentation de le planter là.

19576ème jour

Tommy II ou Retour à Portofino

Nous partons de bonne heure pour Portofino ou plutôt pour Camogli où j’ai réservé une chambre à l’hôtel Portofino Kulm, grande bâtisse du XIXème siècle qui domine la mer. Nous partons faire ma grande promenade que j’affectionne tant, de Camogli à San Rocco. En arrivant près de l’église de San Rocco, sur la jolie placette à pic sur la mer, je constate avec tristesse que le petit restaurant où j’avais mes habitudes a fermé. On croise la pharmacienne qui nous recommande un autre restaurant, La Cucina di Nonna Nina qui s’avèrera encore mieux que l’autre. On poursuit la promenade jusqu’à la pointe du rocher on revient en sens inverse, chemin de retour qui, comme à l’habitude, me parait beaucoup plus long que l’aller. Ma toux persistante ne facilite pas l’escalade de ce bon millier de marches.
Diner à Rapallo encore une fois au Gamberocomme en mai, je prends de la culatella alla mostarda et des spaghetti aux anchois. Retour à l’hôtel très courbatu.

19575ème jour

Tommy I ou Le Bal Masqué à La Scala

Dans la matinée, mon collègue italien vient me chercher tout excité : on a reçu un avis de la Poste Italiane qui indique qu’après trois mois de voyage, le dragon est arrivé. Je pourrai donc le ramener à Paris lors de mon prochain passage. Dejeuner à Dodici Volte, beau petit restaurant à la cuisine savoureuse.
En fin de journée, je vais chercher une Volvo de location à l’agence Hertz près de Milano Centrale. Je récupère Tommy qui avait réussi à se faire ouvrir la chambre de l’hôtel sans encombre et on part à La Scala. J’ai beaucoup de mal à garer la voiture, je m’énerve, on court jusqu’à la via Filodrammatici et je passe devant tout le monde pour récupérer nos deux billets, et on file dans la salle déjà dans le noir pour s’asseoir au moment où le rideau se lève. Représentation très routinière du Bal Masqué de Verdi avec Marcelo Alvarez en Riccardo et Oksana Dyka (très médiocre) en Amelia. Décors modernes et assez belle scène du bal. On va dîner rapidement au Bulgari et en sortant, je montre rapidement le Duomo à Tommy.

19574ème jour

Madrid Milan

Je prends le vol de 8h45 de Madrid à Milan avec deux collègues. A peines arrivés, nous suivons une conférence téléphonique depuis le taxi. Dans la journée, j’achète deux billets pour le Bal Masqué de Verdi à la Scala le lendemain et un billet d’avion pour Tommy afin qu’il me rejoigne. Dîner à la terrasse de chez Ribod où je me fais dévorer les jambes par des moustiques.

19573ème jour

Paris Madrid

A 8h00, vol pour Madrid. Réunions financières au bureau. Déjeuner de groupe avec notamment un gazpacho épais aux œufs, spécialité madrilène, le salmorejo. Le soir, alors que je dîne seul sur la Plaza Santa Anna, Tommy insiste par de multiples SMS pour que le l’héberge chez moi. Je résiste. J’appelle ma plus jeune fille dont c’est un anniversaire important.

19572ème jour

Tommy

Je retrouve chez moi Tommy, un grindrien aux yeux en amande très verts et à la mèche adolescente. Il voudrait que je lui loue une chambre chez moi pour l’année mais je n’en ai aucune envie. Après avoir sifflé une bouteille de champagne, je l’emmène dîner au Mini-Palais. Il passe une bonne partie de son temps sur grindr alors qu’il est assis en face de moi. Exaspéré, je fais de même, le salue même par ce média inhabituel et je le ramène chez son colocataire du moment, juste à côté de mon bureau.

19571ème jour

Tout sur ma toux

Comme je n’arrête pas de tousser, je ne bouge pas de chez moi. Je regarde sur l’iPad le film La religieuse de Guillaume Nicloux dont j’avais vu le déjeuner d’équipe chez Dumonet le jour de la sortie du film. Isabelle Huppert, en vieille nonne lesbienne et hystérique est absolument étonnante. Vu aussi le documentaire bonus du DVD du film Les Oiseaux de Hitchcock.

19570ème jour

Itinéraires I

Je vais chercher ma plus jeune fille à Orly, de retour de Malte. Elle semble en pleine forme et épanouie. Nous fêtons nos retrouvailles à Itinéraires, rue de Pontoise.
Revu L’Arnaque, en bluray. Ce film me fera toujours penser à un samedi de mon enfance avec mes parents au Puy en Velay. J’avais une douzaine d’années et mon père m’avait acheté deux cassettes audio : les Greatest Hits de Sinatra et la musique originale de L’Arnaque qui m’avait fait découvrir Scott Joplin.

19569ème jour

No London

Je devais aller à Londres ce vendredi. Je dois finalement annuler pour des raisons professionnelles. Je ne m’en plains pas.

19568ème jour

"Es tönt ein voller Harfenklang"

Fin de journée agréable que je passe avec ma fille aînée. Nous nous retrouvons au Grand Palais pour visiter l’exposition Dynamo, amusante mais sans grand génie. On passe chez Melomania car la boutique a reçu un disque de chœurs de Brahms difficile à trouver dans lequel John Eliot Gardiner dirige « Es tönt ein voller Harfenklang », un chant pour cor, harpe, chœur et orchestre que Simon Rattle avait dirigé à Berlin en introduction à la Troisième Symphonie de Mahler et que j’avais tant aimé.
Dîner avec ma fille et ma filleule dans un restaurant de la rue Marie Louise et qui s’appelle fort originalement Le Marie Louise.

19567ème jour

Beauvais

Lever à 6h45 pour aller chercher ma fille à Beauvais. Elle revient de Roumanie avec deux amis que je ramène à Paris.
Les médicaments ordonnés par SOS médecins ne me font pas d’effet, je tousse toujours. L’autre jour, en montant les escaliers qui conduisent au Walhalla, j’ai été pris d’une quinte de toux digne d’un romantique phtysique.

19566ème jour

Radio

Déjeuner chez Lilly de Neuilly avec des collègues. Radio des poumons dans un laboratoire d’analyse de l’avenue Victor Hugo. Tout va bien à ma grande surprise. Réunion professionnelle au Plaza Athénée. Au lit pour quatre heures de sommeil.

19565ème jour

Le buste

Journée de réunions mensuelles. Ces dernières semaines, un mur de mon bureau s’est couvert de reproductions des bustes de Mahler par Rodin, photographiés dans des musées du monde entier. Je distingue maintenant au premier coup d’œil les modèles A (style très Rodin, mais refusés par Alma) des modèles B au style plus classique.

19564ème jour

Où j’accède enfin au Walhalla

J’ai hésité à retourner à Bayreuth pour l’opéra du lendemain, Das Liebesverbot, il restait de nombreuses places, mais entendre du Meyerbeer signé Wagner dans l’horrible hangar ne me disait rien qui vaille. J’ai pris la Z4 et je suis allé me promener à Regensburg dont je connaissais le nom depuis mon enfance car jumelée avec Clermont-Ferrand et qui s’avère être une magnifique petite ville au bord du Danube. Puis j’ai poursuivi jusqu’au Walhalla, temple au style grec qui se tient majestueusement sur un promontoire au dessus du Danube. C’est une sorte de Panthéon de l’Allemagne où se tiennent des bustes d’une centaine de personnalités ayant construit le monde germanique, de Dürer à Einstein. Côté musique, sont représentés Jean-Sebastien Bach, Josef Haydn, Wolfgang Amadeus Mozart, Ludwig van Beethoven, Franz Schubert, Carl Maria von Weber, Johannes Brahms, Richard Wagner, Richard Strauss, Anton Bruckner et, allez savoir pourquoi... Max Reger. J’ai été touché de voir qu’un buste de Sophie Scholl avait été ajouté à une place d’honneur en 2003.
Retour lent vers Nuremberg en m’arrêtant dans un petit village du Haut Palatinat en pleine fête folklorique, dont j'ai oublié le nom, et retour par le vol Nuremberg Paris de la fin de journée.

19563ème jour

Rienzi au Festival de Bayreuth

Me voici de retour en Allemagne, cette fois-ci par le vol Paris Nuremberg de 7h35. La fille de chez Sixt est très ennuyée de me demander si une voiture deux places me conviendrait. Elle est contente de voir que j’accepte, et moi plus encore, car elle me confie les clefs d’une BMW Z4 décapotable. Je fais faire un tour au centre ville de Nuremberg, je déjeune au Historisches Bratwurstküche Zum Golden Stern qui date parait-il de 1419, et je passe au Novotel dormir une heure. Puis je prends la route pour Bayreuth, une heure de Z4 à 220 km/h, c’est vraiment jouissif, surtout en étant assis aussi près de la route. A Bayreuth, je me gare près de la Villa Wahnfried et je retrouve le Wanderer et deux de ses amis.
C’est un mini-festival qui est organisé à Bayreuth, afin de présenter les trois opéras de jeunesse de Wagner, die Feen, das Liebesverbot et Rienzi. Comme ces trois œuvres sont interdites dans le Saint des Saints du Festspielhaus par les grands prêtresses du Festival, il a été décidé de les donner dans un hangar épouvantable qui est l'Oberfrankenhalle (le Palais des Sports) de Bayreuth. Il est hallucinant de constater que l’orchestre du Gewandhaus de Leipzig et Christian Thielemann acceptent d’officier dans un endroit pareil, où l’orchestre est au même niveau que la scène, ce qui fait que l’on voit la silhouette du chef d’orchestre occuper une partie de la vision vers la scène.
C’est donc un spectacle bien médiocre dans une acoustique très mauvaise qui nous est donné ce soir (donné étant un euphémisme, considérant le prix des places). Il reste que j’étais heureux d’entendre Rienzi, opéra rarement donné, et de découvrir Daniela Sindram très étonnante (et crédible) dans le rôle travesti d’Adriano). L’opéra est quand même très long et la comparaison entre Robert Dean Smith avec Jonas Kaufmann dans le fameux air "Daß der mein Vater nicht ist...Du holdes Voglein!" Est difficile. En conclusion, comme l’a justement fait remarquer le Wanderer, une version de concert dans le Festspielhaus eut été bien préférable. Au retour du dîner dans une pizzeria, je traverse toute la vieille ville à pied en passant devant l’Hôtel Anker ou Wagner résida. Nuit à Nuremberg d’un saut de Z4, décapotée dans la nuit.

19562ème jour

Stresa

Il y a des années que je voulais aller au Stresa, restaurant de la rue de Chambiges où Alain Delon et Jean-Paul Belmondo ont leurs habitudes et que certains qualifient de meilleur italien de Paris tandis que d’autres le trouvent médiocre et hors de prix. C’est avec mon ami client florentin que j’y suis allé ce soir. L’endroit est petit, la clientèle élégante mais plutôt familiale, la carte sans surprise, la cuisine plutôt bonne, l’addition trop salée.

19561ème jour

Bianca Nieves

Je découvre avec qu'un peu de tristesse qu'Ambr*ise a mis comme photo principale de son compte facebook (que j'ai la sottise d'espionner régulièrement, et oui, je sais, c'est un comportement d'adolescent)) la photo de l'incroyable plage déserte de Lombok où nous étions tous deux en avril. Il a ajouté juste en dessous (c) AP.
Déjeuner à La villa Corse avec JP et JF, mes anciens collègues.
Fierté de découvrir les résultats du Bac de français de ma plus jeune fille.
Le soir, je regarde le bluray de Bianca Nieves, un film espagnol récent mais muet qui transpose l'histoire de Blanche Neige dans la tauromachie.

19560ème jour

L'homme de Rio II

Encore un déjeuner chez Lilly de Neuilly dont je deviens un pilier. Le soir, je regarde le documentaire bonus sur le tournage de L'homme de Rio et je suis frappé par la légèreté de cette époque.

19559ème jour

L'homme de Rio I

Je dîne avec L., un ancien collègue que je n'ai pas vu depuis deux ou trois ans. Il confesse 117 kilos, la pizzeria qu'il a choisie est dégueulasse, on n'a pas grand chose à se dire. Je rentre chez moi en velib et je regarde avec beaucoup de plaisir la fin de L'homme de Rio.

19558ème jour

Camille IV et fin

Alors que je commence à regarder L'homme de Rio en bluray, Camille me contacte. Encore une fois, il a envie de le voir. Je me demande ce qu'il peut bien me trouver. En un sens, cela me flatte mais je sais que cette relation ne peut me mener à rien, sauf peut être meubler mon manque d'Ambr*ise. Je vais donc le chercher vers 21h30. Il veut absolument aller au restaurant japonais pourtant bien médiocre de la rue des Archives. On y va donc. Je voudrais être en terrasse mais il veut absolument aller à l'intérieur. je cède bien sûr et en fin de repas, il me dira qu'il aurait préféré être en terrasse. Bref il m'énerve. Il se met à tousser lui aussi, c'est peut être moi qui lui ai donné ma mystérieuse bronchite et cela m'est bien égal. Comme la première fois, je le laisse au carrefour Sébastopol Etienne Marcel et je rentre chez moi.

19557ème jour

Un dimanche banal

Journée passée à ne pas faire grand chose: je déjeune au Café de la Poste, je vais bronzer un moment au Parc Monceau bondé et je rentre chez moi regarder deux films déjà vus mais achetés récemment en bluray : Obsession et Au milieu coule une rivière. Je suis surpris de découvrir que je n'ai jamais mis les pieds dans l'église de Florence qui a un rôle central dans le film de Brian de Palma, San Miniato al Monte, et encore plus surpris de découvrir grâce à Wikipédia qu'en cette église est enterré Carlo Collodi, l’auteur de Pinnochio.

19556ème jour

Diou

Tôt le matin je récupère deux de mes filles pour aller dans le centre de la France et y retrouver ma sœur et la mère pour un déjeuner. Un peu par hasard, j'ai choisi le restaurant L’Aubergeade, à Diou. Il s'avère être excellent et j'y redécouvre en particulier mon cher Chateau Puech Haut que j'avais découvert au Figueira de San Paolo voilà une dizaine d'années.
De retour à Paris je me décide enfin à appeler SOS Médecins pour soigner la toux. Je vais chercher mes médicaments à la pharmacie de la Place Clichy puis je récupère Camille pour une soirée un peu minable au Banana.

19555ème jour

Fin

Fin de cette semaine occupée seulement de réunions. Aujourd'hui c'est une formation, mais notre formateur semble parfois dépassé par le niveau de certains des participants et c'est assez drôle. Je suis tellement épuisé que je me couche tôt.

19554ème jour

Camille II

Quatrième journée de réunion de la semaine. Le dîner de groupe a lieu cette fois au Bliss, un restaurant médiocre voisin du Pied de cochon. Le personnel est particulièrement désagréable et la serveuse m'engueule copieusement parce que, alors que j'attends mes collègues, j'ose prendre un morceau de pain dans une panière. Elle ne se calme que lorsque je la menace d'annuler notre dîner de quarante personnes.
Après le diner, Camille m'appelle. Il a envie de me voir. Je suis épuisé mais je vais le chercher chez lui et on rentre sur Paris pour faire quelques bars du Marais. Camille est gentil, plutôt mignon, mais je m'ennuie un peu avec lui et je sais parfaitement qu'il n'y a rien à attendre de ma relation avec lui. Après un premier bar, on traverse le boulevard Sébastopol et on retrouve un de ses amis dans un autre bar. J'utilise ma toux comme prétexte pour les abandonner tous les deux et rentrer chez moi.

19553ème jour

L'instinct

Troisième journée de réunion de la semaine. Dîner de groupe cette fois ci à L'Instinct. Comme souvent au restaurant, la cuisine est médiocre par rapport à la qualité habituelle, dès que l'on est plus de dix convives.
Je rentre chez moi et je tousse comme un fou une bonne partie de la nuit. Je tente de traiter la maladie par le mépris mais cette fois ci je doute un peu d'y parvenir.

19552ème jour

Lilly de Neuilly

Deuxième journée de réunion de la semaine. Dîner avec des collègues à la petite terrasse de Lilly de Neuilly, toujours aussi agréable, un peu comme un îlot de province à Paris.

19551ème jour

Camille I

Cette semaine va être complètement remplie de réunions ennuyeuses et je profite d'une rare soirée libre pour aller chercher chez lui Camille, un grindrien d'Asnières que j'ai du capter dans le Seizième, où il travaille chez Starbucks. Il arrive dans la voiture et me demande de recapoter immédiatement la voiture, de peur d'abîmer sa coiffure (il est vrai assez sophistiquée). Il a envie de venir chez moi, pourquoi refuserais-je? On passe la soirée à boire du champagne et à écouter de la musique. Il n'est pas passionnant mais il est joli garçon et sait vraiment ce qu'il veut malgré son jeune âge. Je le dépose vers minuit à l'angle des boulevards Sébastopol et Étienne Marcel où il doit retrouver des amis.
janvier 2017
decembre 2015
novembre 2015
octobre 2015
septembre 2015
aout 2015
juillet 2015
juin 2015
mai 2015
avril 2015
mars 2015
fevrier 2015
janvier 2015
decembre 2014
novembre 2014
octobre 2014
septembre 2014
aout 2014
juillet 2014
juin 2014
mai 2014
avril 2014
mars 2014
fevrier 2014
janvier 2014
decembre 2013
novembre 2013
octobre 2013
septembre 2013
aout 2013
juillet 2013
juin 2013
mai 2013
avril 2013
mars 2013
fevrier 2013
janvier 2013
decembre 2012
novembre 2012
octobre 2012
septembre 2012
aout 2012
juillet 2012
juin 2012
mai 2012
avril 2012
mars 2012
fevrier 2012
janvier 2012
decembre 2011
novembre 2011
octobre 2011
septembre 2011
aout 2011
juillet 2011
juin 2011
mai 2011
avril 2011
mars 2011
fevrier 2011
janvier 2011
decembre 2010
novembre 2010
octobre 2010
septembre 2010
aout 2010
juillet 2010
juin 2010
mai 2010
avril 2010
mars 2010
fevrier 2010
janvier 2010
decembre 2009
novembre 2009
octobre 2009
septembre 2009
aout 2009
juillet 2009
juin 2009
mai 2009
avril 2009
mars 2009
fevrier 2009
janvier 2009
decembre 2008
novembre 2008
octobre 2008
septembre 2008
aout 2008
juillet 2008
juin 2008
mai 2008
avril 2008
mars 2008
fevrier 2008
janvier 2008
decembre 2007
novembre 2007
octobre 2007
septembre 2007
aout 2007
juillet 2007
juin 2007
mai 2007
avril 2007
mars 2007
fevrier 2007
janvier 2007
decembre 2006
novembre 2006
octobre 2006
septembre 2006
aout 2006
juillet 2006
juin 2006
mai 2006
avril 2006
mars 2006
fevrier 2006
janvier 2006
decembre 2005
novembre 2005
octobre 2005
septembre 2005
aout 2005
juillet 2005
juin 2005
mai 2005
avril 2005
mars 2005
fevrier 2005
janvier 2005
decembre 2004
novembre 2004
octobre 2004
septembre 2004
aout 2004
juillet 2004
juin 2004
mai 2004
avril 2004
mars 2004
fevrier 2004
janvier 2004
decembre 2003
novembre 2003
octobre 2003
septembre 2003
aout 2003
juillet 2003
juin 2003
mai 2003
avril 2003
mars 2003
fevrier 2003
janvier 2003
decembre 2002
novembre 2002
octobre 2002
septembre 2002
aout 2002
juillet 2002