18881ème jour

Silencio!

Je découvre le Silencio club, imaginé par David Lynch et qui ouvrira prochainement ses portes à Paris. Le concept me parait particulièrement séduisant.

18880ème jour

Je me souviens

Journée de travail avec des juristes en prévision de mon projet turc.
Le soir je tombe par hasard sur ce texte que j’avais envoyé en juin à Antoine depuis New York parce qu'il m'avait demandé un poème.

Poème inachevé

Je me souviens de notre première discussion.
Je me souviens que c’était le 1er juillet, que je partais le lendemain pour Venise et toi deux jours plus tard pour New York.
Je me souviens qu’à distance, nous échangions des textos.
Je me souviens avoir reçu ta photo, prise dans le métro de New York.
Je me souviens t’avoir envoyé la mienne, alors que j’étais dans les toilettes du restaurant La Furatola sur le Calle Lunga San Barnaba.
Je me souviens être allé te chercher devant le Panthéon.
Je me souviens d’avoir dîné avec toi aux Fables de la Fontaine.
Je me souviens que tu m’as parlé de Woody, de Robert et de Marion.
Je me souviens que tu es venu chez moi.
Je me souviens que nous avons bu du champagne.
Je me souviens que tu as déballé le poisson vénitien.
Je me souviens avoir écouté avec toi l’Andante du Deuxième Concerto pour piano de Schostakovich et j’ai compris alors que jamais je ne pourrais plus l’écouter sans songer à un petit garçon sur la banquette arrière d’une Rover, regardant sa maman qui conduit, les yeux embués de larmes.
Je me souviens t’avoir déposé près du théâtre Antoine, je me souviens être parti sans me retourner.
Je me souviens que dix mois se sont écoulés sans te revoir mais sans t’oublier.
Je me souviens t’avoir retrouvé devant la bulle du métro Saint Lazare,
Je me souviens avoir dîné avec toi chez Karl et Erik.
Je me souviens avoir roulé avec toi la nuit dans Paris et de t’avoir déposé chez toi.
Je me souviens qu’aussitôt après t’avoir quitté, tu m’as invité à un spectacle et cela m’a fait plaisir.
Je me souviens t’avoir revu sur les Champs Elysées après la Cinquième de Mahler.
Je me souviens avoir marché avec toi dans l’air printanier des rues de Paris.
Je me souviens être rentré d’Amsterdam pour aller avec toi au spectacle de James Thierrée au Théâtre Marigny.
Je me souviens être allé avec toi à l’anniversaire de Raphael.
Je me souviens t’avoir longuement embrassé dans ma voiture près de chez toi.
Je me souviens avoir dîné avec toi à la Vinoteca.
Je me souviens être venu chez toi pour la première fois.
Je me souviens t’avoir laissé juste quelques heures pour te retrouver le lendemain matin en bas de chez toi.
Je me souviens d’un petit déjeuner à une terrasse ensoleillée de la rue Soufflot.
Je me souviens de notre visite de l’exposition Mahler au musée d’Orsay.
Je me souviens t’avoir conduit à Meudon.
Je me souviens t’avoir proposé de m’accompagner en Allemagne et je me souviens que tu as aussitôt accepté.
Je me souviens de Berlin et de nos sourires lorsque tu es arrivé à Tegel.
Je me souviens du Siegessaüle qui brillait dans le ciel azur.
Je me souviens des Häckische Höfe, du Tacheles et du Café Einstein.
Je me souviens des répétitions d’une cantate de Bach dans la Kaiser-Wilhelm Kirche.
Je me souviens que nous avons cherché les Friedrich dans le musée de Berlin.
Je me souviens de la Troisième de Bruckner à la Philharmonie
Je me souviens de ma première nuit contre toi au NH de la Leipziger Straße.
Je me souviens t’avoir embrassé dans les jardins du château de Sans-souci.
Je me souviens de la route jusqu’à Dresde.
Je me souviens de m’être allongé au soleil près de toi devant l’Elbe.
Je me souviens de Tannhaüser et de sa mise en scène minable.
Je me souviens que tu étais nerveux à l’idée de rencontrer HL et ses amis.
Je me souviens de la route de retour de nuit à Berlin.
Je me souviens d’un lever très matinal.
Je me souviens du petit ours de Tegel.
Je me souviens de notre premier vol en avion et du petit film que tu y as tourné.
Je me souviens des livres que tu m’as offerts.
Je me souviens d’avoir dormi chez moi près de toi.
Je me souviens de la Deuxième de Mahler salle Pleyel et de MTT qui te regardait.
Je me souviens être reparti sans toi à Berlin.
Je me souviens que tu as reçu ma carte de Leipzig.
Je me souviens que tu me manquais.
Je me souviens t’avoir acheté un autre ours à Tegel.
Je me souviens de notre dernière soirée ensemble.
Je me souviens du Lutetia et de la Sardegna.
Je me souviens t’avoir murmuré un secret à l’oreille pendant cette nuit là.
Je me souviens t’avoir dit au revoir alors que tu dormais dans mon lit.
Je me souviens d’être parti à New York, je me souviens que tu m’y manquais terriblement et que je pensais à toi à chaque instant, je me souviens que j’étais heureux car je savais que je te retrouverais bientôt, je me souviens avoir écrit ces lignes dans l’avion de New York à Phoenix, je me souviens avoir ressenti du bonheur à songer à tous ces instants vécus de notre jeune histoire, je me souviens avoir été plus heureux encore à songer à tous ceux que nous allions vivre ensemble.
Je me souviens avoir eu hâte d’être avec toi à Hambourg, à Munich, à Positano, à Ravello, à Amalfi, à Aix en Provence et à New York.
Je me souviens avoir conclu ce poème inachevé en te disant que

je t’aime.

V.

18879ème jour

Cher régime

Régime oblige, je prends pour déjeuner juste une omelette mixte (sans le pain, c'est le plus dur) avec une demi Badoit. Le garçon m’apporte une addition à 4508 euros. La Badoit avait été tapée à la caisse 4500 euros au lieu de 4,50 Euros.

18878ème jour

Vitalii I

Vu avec ma plus jeune fille Super 8, le nouveau film de J.J. Abrams produit par Spielberg. Si le début commence bien, avec cette amusante histoire d’une bande d’adolescents genre Club des Cinq, qui tournent un film en cachette, la fin est catastrophique avec ce monstre ridicule qui fait bien rigoler dès qu’il apparait.
En fin d’après-midi, je discute avec Vitalii, un biélorusse qui arrive en France le 11 septembre pour faire des études de management à Clermont Ferrand (le pauvre).
Le soir, je regarde sur arte un documentaire très amusant qui raconte comment des jeunes italiens ont trompé des experts du monde entier en mettant dans la rivière de Livourne des sculptures qu’ils avaient réalisées eux même et qui ont été attribuées à Modigliani.

18877ème jour

Inside-Out II

Mes filles ont souhaité garder leur affiche Inside-Out et, comme je désirais en avoir une moi aussi, je suis retourné ce matin au centre Pompidou avec la plus jeune d’entre elles pour une nouvelle séance photomaton. Le bouche à oreille doit fonctionner car il y a encore plus de monde. La sienne ressemble beaucoup à la précédente. La mienne est plus réussie, le point noir ajouté étant bien au centre du visage.
Dans l’après-midi, je reprends (hélas) mes rencontres et je prends un café avec Fred, un type sans intérêt qui donne des cours dans une école d’hôtellerie. Je profite des trombes d’eau qui s’abattent sur Paris pour l’abandonner à son métro.

18876ème jour

Deuil

Déjeuné avec E. à L’Instinct. Il me parle de lui et de ses proches pendant tout le repas, ce qui me va bien car cela m’évite de lui parler de moi. Je n’avais plus à l’esprit combien il est difficile de gérer l’oubli lorsque l’on vit comme moi en ce moment une période de rupture.
Tous les matins en me réveillant, la première pensée qui me vient à l’esprit est pour Antoine qui n’est plus à mes côtés. Et la vie semble avoir un malin plaisir à rappeler en permanence la personne que l’on cherche à oublier.
Chaque fois que je reçois un SMS, je pense à Antoine car j’avais installé la même sonnerie d’alerte que lui. J’ai envisagé de changer la sonnerie, mais la nouvelle ne me fera-t-elle pas penser également à lui ?
Je n’ai supprimé aucune photo, ni aucun SMS sur mon iPhone et j’ai vu avec soulagement les messages d’Antoine descendre de plus en plus bas dans la liste chronologique des SMS. Je n’ai plus désormais à les subir que lors d’une recherche dans un passé presque lointain.
Bien des films me font penser à lui, les DVD du Parrain à la fnac, le nouveau film de Christophe Honoré qui sort en ce moment…
Le restaurant La criée, devant lequel je passe tous les jours me fait penser à Antoine qui m’avait indiqué l’homonymie avec le théâtre de La Criée.
Je suis retourné au café Beaubourg il y a quelques jours. J'ai regardé avec effroi la table des adieux, mais j'ai tellement de souvenirs à cet endroit que je pourrai y revenir sans difficulté.
Cela prendra quelque mois mais le temps fera son œuvre.
J’oublierai.

18875ème jour

Doute

La journée commence gare du Nord (au Zinc du nord pour être précis) et finit gare du Nord.
Je reprends mes mauvaises habitudes sur Grindr et autres. Aujourd’hui discussion avec un garçon beaucoup trop jeune qui habite près de Roissy et qui ne sait pas très bien ce qu’il veut.
Mais le sais-je moi-même ?
Perdu trois kilogrammes depuis la vallée du Douro.

18874ème jour

Déprime

Passé la journée à mettre à jour ces pages, les pages heureuses et les pages tristes. J’en sors totalement déprimé.

18873ème jour

Ennui

Journée entière en réunions ennuyeuses qui ont l’avantage de me faire un peu oublier Antoine.

18872ème jour

Francfort Paris

J’ai pris le vol de 7h25 de Francfort pour un difficile retour au travail. Journée entière en réunions ennuyeuses. Le soir, je ramène un collègue à Roissy et, alors qu’il reprend sa valise dans le coffre de ma voiture, j’aperçois l’affreuse casquette Guinness offerte par Antoine. Je la lui donne, heureux de me débarrasser d’un souvenir de cette période que je tente d’oublier.

18871ème jour

Bayreuth

Il fait gris en ce dimanche bavarois. Après un petit déjeuner bretzel-jus-de-pomme dans le Stadtmitte, je prends la route pour Bayreuth où je récupère Philippe(s) devant son hôtel et nous partons ensemble pour Bamberg. Courte marche dans le centre ville où je me trouvais déjà quelques mois plus tôt. Nous nous rendons à Baunach, à quelques kilomètres de là pour un déjeuner plutôt agréable dans la salle vide du restaurant Rocus, tout le monde étant en terrasse. Le repas est entrecoupé de la sonnerie du passage à niveau et du train Breitengüssbach–Ebern qui fait ses allers retours sur la voie unique.
Peu après deux heures, nous prenons la route pour Bayreuth car Parsifal n’attend pas et mon passager m’a indiqué être stressé de nature.
Nous arrivons donc avec près d’une heure d’avance, ce qui est parfait pour profiter du cérémonial de Bayreuth que je découvre : avant l’opéra et pendant chaque entracte, les cuivres de l’orchestre jouent depuis le petit balcon du Königsbau la une fanfare tirée d’un Leitmotiv de l’acte qui va être joué. La fanfare est jouée une fois, un quart d’heure avant le début de l’acte, deux fois cinq minutes plus tard, et trois fois, cinq minutes avant le début de la musique. Et à cet instant précis, les portes sont toutes fermées de l’intérieur. Les retardataires sont ainsi prévenus : Raus !
On dit souvent que Bayreuth est une expérience unique et je dois bien reconnaître que c’est la réalité. L’orchestre composé uniquement de musiciens de haut niveau (un peu comme Lucerne) est incroyable, la salle est recueillie et bien sûr, il y a l’acoustique unique, avec la fameuse fosse orientée vers la scène, les voix étant toujours claires et jamais recouvertes par l’orchestre. J’ai moyennement adhéré à la mise en scène alambiquée de Stefan Herheim qui a choisi d’utiliser Parsifal comme un lieu de l’histoire de l’Allemagne à travers tout le vingtième siècle et jusqu’à la démocratie, la villa Wahnfried en étant le fil conducteur. Cela laisse une impression étrange un peu comme si Stefan Herheim nous disait : "Bon, je dois vous raconter l’histoire de Parsifal, mais elle ne m’intéresse pas du tout, alors je choisis de vous en raconter une autre". Il y a évidemment des idées et des connexions complexes qui m’ont échappé pendant ce spectacle mais je me demande bien qui dans la salle parvient à les capter et c’est le problème principal de Stefan Herheim dont j’avais déjà vu le Rusalka à la Monnaie voilà deux ans : il a tellement d’idées que l’on est totalement submergé d’images et de pensées, pour ne pas dire saoulés.
Il reste bien sûr l’orchestre et les chanteurs, d’un niveau absolument inouï et sui font que je n’entendrai sans doute pas de sitôt un aussi beau Parsifal.
A 22H15 je quittais la salle au début des applaudissements afin d’éviter l’embouteillage de l’immense parking et je prenais la voiture pour Francfort où je suis arrivé peu après minuit. En passant à Schweinfurt et au vu du panneau Industrie und Kunst, j’ai pensé à toi Alban Berg.
Un grand merci à celui sans qui je ne connaitrais pas le Festspielhaus.

18870ème jour

Nuremberg

Cela fait un mois que je n’ai pas pris l’avion, sans doute un record depuis huit ans. Je prends le vol Air France pour Francfort, je récupère une voiture de location et je parcours trois cent kilomètres jusqu’à Nuremberg où j’arrive en fin de matinée. Je passe la journée à ne pas faire grand-chose. A midi je vais déjeuner au Heilig Geist Spital, où j’ai mes habitudes depuis une vingtaine d’années mais où je n’avais pas mis les pieds depuis quatre ans. Les minuscules saucisses de Nuremberg sont un peu grasses, mais toujours aussi délicieuses.
A midi, j’ai voulu faire la surprise à Philippe(s) de le récupérer à l’aéeoport de Nuremberg mais, bizarrement, alors que j’étais parfaitement à l’heure, je l’ai raté.

18869ème jour

Adieux

J’appréhendais beaucoup de revoir Antoine, éventuellement de fondre en larmes en lui parlant. Je suis arrivé à l’avance au café Beaubourg, me suis installé à l’intérieur et je l’ai vu arriver, pâle et un peu gêné. Il s’est assis sans rien dire. Nous ne nous sommes pas salués. Je lui ai juste indiqué que je n’arrivais pas à réaliser qu’il ait pu me traiter de cette façon là. Comme il me demandait de préciser, je lui ai rappelé le supplice chinois du chaud et du froid qu’il m'a fait subir pendant deux semaines, ses mensonges lorsqu’il me traitait de parano et sa faiblesse de m’informer par e-mail de sa décision de rupture, trois jours avant mon retour. Il n’a pas dit grand-chose. Je me souviens d’un pitoyable "J’m’excuse" de son regard fuyant orienté en permanence vers l’extérieur du café et de sa main qui tentait de camoufler un bouton de fièvre qui enlaidissait son visage. Je lui ai demandé le top five des mille raisons pour lesquelles il ne se "voyait pas continuer une histoire avec moi". Il m’a bien sur resservi l’histoire du parking d’Aix ainsi que quelques vagues excuses incompatibles avec tous les messages adorables qu’il m'avait envoyés pendant ces deux derniers mois.
Je lui ai rendu sa clef, j’ai payé mon coca zéro et son café, je lui ai indiqué froidement que nous ne nous reverrions pas, je ne lui ai pas dit au revoir et je suis parti sans me retourner. Cette belle histoire de deux mois s’achevait donc par une pitoyable rencontre de quinze minutes.

18868ème jour

Projets

Une heure au téléphone avec un client turc. Je vais sans doute souvent retourner à Istanbul en Septembre. Et c’est tant mieux. Rien n’est mieux que le voyage pour oublier le présent.

18867ème jour

La Piel que Habito

Vu avec mes filles le nouveau film d’Almodovar, à la plastique glaciale et l’histoire aussi compliquée qu’à l’habitude. J’aimerais comprendre un jour la fascination que ressent Almodovar pour la transsexualité tant ce thème a une importance centrale dans presque tous ses films.

18866ème jour

Largués

Triste reprise du travail. Le soir, je dîne au café Marly avec ma bonne fée qui, elle aussi, vient de connaître la fin douloureuse d’une relation sentimentale. Cette communauté de sentiments nous rapproche, même si ce dîner entre largués a quelque chose d’un peu pathétique.

18865ème jour

Paris

Nous reprenons nos habitudes avec mes filles dans un Paris désert. Nous déjeunons au Café di Roma et nous voyons au cinéma le nouveau volet de la Planète des Singes, plutôt réussi.
Je profite de mon manque total d’appétit pour entamer un régime. Depuis la vallée du Douro, j’ai déjà perdu deux kilos, ce qui sera au moins un résultat positif de ma rencontre avec Antoine.
Et puis j’achète deux places pour le concert de James Blake à Amsterdam en novembre prochain. Pourquoi deux? Je me le demande bien…

18864ème jour

Retour à Paris

Après un petit déjeuner avec de gigantesques (et très mauvais) croissants briochés tels qu’on en trouve parfois en Espagne, nous sommes partis vers le Nord Est. Nous devions initialement faire une halte pour la nuit à Argomaniz, comme à l'aller, mais afin d’éviter le trafic du 15 août, nous sommes rentrés directement sur Paris avec juste un stop au McDonald’s de Mérignac, à la grande joie de mes filles.
Ainsi s’achevaient ces vacances qui sans vraie concurrence, ont sans doute été les pires de ma vie.
En rentrant chez moi vers 23h00, j’ai trouvé mes clefs sous la porte. Antoine les avait laissées pendant le week-end. Je lui ai envoyé un e-mail pour l’en remercier et lui indiquer que, sauf si cela l’horrifiait, après réflexion, je préférais lui remettre sa clef en mains propres. Il m'a répondu par SMS et m'a proposé que nous nous voyions vendredi.

18863ème jour

Leon

Nous quittons la vallée du Douro où je sais ne jamais revenir de ma vie, tant cet endroit sera lié à un souvenir douloureux. Nous faisons la route jusqu’à Leon où nous passons la nuit à l’Hostal San Marcos, un très beau Parador se trouvant dans un ancien monastère-hôpital du XVIème siècle.
Nous dînons chez Prada a Tope, un restaurant local à la cuisine savoureuse. Bien que n’ayant rien mangé depuis le matin, je n’ai aucun appétit.

18862ème jour

Réponse

Je n’ai pas pu m’endormir. J’ai ressassé pendant deux heures dans ma tête un projet de réponse que j’ai tapé dans la nuit sur mon iPhone:
Dans la mesure où les mots lâcheté et mensonge y figurent, j'ai bien peu à ajouter à ton e-mail.
Tu m'as dit un jour qu'avec moi, tu te sentais vraiment toi même. J'avais eu la faiblesse de te croire car c'est exactement cela que j'attends de la relation avec la personne que j'aime: l'aimer telle qu'elle est et me sentir pleinement moi même en sa présence.
C'est une sensation rare. A l'instant où nos routes se séparent définitivement, permets-moi de te souhaiter de la ressentir un jour et de rencontrer la personne qui, mieux que moi, saura répondre à tes exigences.
Quant à moi, je poursuivrai mon chemin sans me retourner avec, je l'espère, courage et sincérité.
Celui qui t'a sincèrement aimé et qui, à l'instant où il écrit ces lignes, t'aime encore.
Vincent

La journée a été terrible. Plusieurs fois je me suis isolé de mes filles pour pleurer discrètement. Je n’avais personne auprès de qui m’épancher à propos de l’horrible chagrin qui m’envahissait.
Nous avons fait une promenade en bateau avec mes filles sur le Douro mais absolument plus rien ne pouvait désormais m’intéresser.
Le soir j’ai reçu ce dernier email pathétique et froid, auquel je n’ai même pas pris la peine de répondre.
Je déposerai tes clefs dans une enveloppe et la glisserai sous ta porte. Tu n'auras qu'à m'envoyer la mienne par la poste.
Je te souhaite tout le bien possible
Antoine

18861ème jour

Une rupture par e-mail

Nous passons la journée à l’hôtel. Dans la matinée, Antoine répond à mon SMS par un simple ????. Je demande à lui parler au téléphone. Il me rappelle depuis la bibliothèque du Centre Pompidou, me confirme que je n’ai pas à m’inquiéter, mais de nouveau, je le sens distant.
Dans l’après midi je lui envoie deux SMS, l’un lui disant que j’ai hâte de passer la nuit de lundi soir avec lui, l’autre pour lui dire ma nostalgie de mon séjour à New York, lorsque je lui souhaitais bonne nuit dans l'après midi et que je l’appelais pour le réveiller le soir juste avant de me coucher.
Nous dînons à l’hôtel. Il y a un incendie dans les environs et les vents nous apportent des petites cendres de fougères noiresqui se posent sur la nappe et la salissent. Nous faisons avec mes filles des parties de cartes sur lesquelles j’ai beaucoup de mal à me concentrer et alors que nous nous apprêtons à dormir,
je reçois à 23h39 l’email suivant qui répond à mes questions de ces dix derniers jours:

Vincent,
je suis désolé de la lâcheté de ce mail mais je ne vois pas comment faire autrement. Le téléphone est impossible et te mentir jusqu'à ton retour ne serait pas honnête. Je ne voulais pas gâcher tes vacances avec tes filles, c'était trop important pour toi mais je dois te dire que je ne me vois pas continuer une histoire avec toi. Je ne ressens pas les sentiments que tu éprouves. J'en suis désolé.
J'ai énormément apprécié les moments avec toi et je n'ai jamais fait semblant. Je ne sais pas quoi te dire exactement. Il doit y avoir des milliers de raisons mais les exprimer serait idiot et je ne sais même pas si j'y arriverais. Si je ne répondais pas à tes messages, ce n'était pas mépris ou par méchanceté mais seulement par faiblesse. Je n'arrivais pas à mentir ou à faire semblant car tu mérites qu'on te dise la vérité. C'était d'ailleurs un de nos accords, ne jamais se mentir, toujours dire la vérité. Tu vas sûrement penser que je t'ai menti mais je t'assure que ce n'est pas vrai. Il est vrai que tes soupçons étaient fondés mais mes réponses n'étaient que des questions que je me posais car j'ai voulu y croire même durant ces derniers jours.
Par ce mail, je ne conclus pas en te disant que je ne veux pas te revoir. Je ne sais pas s'il faut en discuter. Sûrement. Si tu le souhaites en tout cas, je serai présent. Je me rends compte de la brièveté de ce mail et je trouve cela terrifiant mais je dois être honnête envers toi et te dire clairement ce qu'il en est.
Encore une fois désolé, je ne sais pas quoi dire de plus.
Antoine

18860ème jour

La vallée du Douro

Nous parcourons la centaine de kilomètres qui séparent Porto de la Vallée du Douro, encaissée entre les montagnes qui vont jusqu’à huit cents mètres d’altitude. Les paysages sont superbes. Nous logeons à la Pousada de Mesao Frio, belle bâtisse du XVIIIème siècle dont les chambres ont toutes une vue à couper le souffle sur les vignobles et la vallée.
Le soir, n’ayant aucune nouvelle d’Antoine depuis quarante huit heures je lui envoie ce SMS :
"J'ai l'impression que tu es devenu totalement indifférent envers moi".

18859ème jour

Porto II

L’ensemble des caves des producteurs de Porto se trouvent sur la rive sud du Douro. Le vin était autrefois amené par bateau. Le transport est maintenant effectué par camion même s’il y a d’ailleurs quelques embarcations encore là pour les touristes. Nous visitons l’une des caves au milieu d’un troupeau de touristes français.
Nous avons passé l’après midi sur la Plage de Miramare au sud de Porto avant d’aller à Guimaraes pour la soirée.
Excellent dîner au restaurant Historico dans une belle cour ancienne.
Toujours aucune nouvelle d’Antoine.

18858ème jour

Porto I

Après notre petit déjeuner habituel à une terrasse de l’Avenida da Liberdade, nous quittons Lisbonne en direction du nord. Sur la recommandation d’un ami, nous faisons un stop à Aveiro, petite ville parfois appelée la Venise portugaise mais dont il faut reconnaître qu’elle n’est pas terrible. Nous faisons un déjeuner de morue (il fallait bien essayer une fois !) à , un excellent restaurant dont le serveur n’aime visiblement pas les français.
Dans l’après midi nous allons de l’autre côté de la petite lagune, à Sao Jacinto. Il y a là un immense parc naturel composé uniquement de dunes. L’endroit est interdit aux humains, à part une passerelle en bois qui permet d’accéder à une plage de sable blanc elle aussi interdite aux passants. C’est un peu frustrant, mais magnifique.
En fin d’après midi, on part pour Porto ville laide, qui n’est pas sans me rappeler Clermont Ferrand avec sa pierre noire et austère. Nous dînons sur les quais de Ribeira, juste en dessous des ponts métalliques dont l’un a été construit par Gustave Eiffel.
Nous rentrons à l'hôtel par le funiculaire.
Pas de nouvelle d’Antoine de toute la journée.

18857ème jour

Sintra

Nous partons en excursion à Sintra. Je suis d’une humeur exécrable en raison de ma relation avec Antoine dont je ne sais où elle va mais définitivement pas dans la direction que je souhaite. On passe l’après midi sur la plage la plus proche, Praia das Maças et on rentre à Lisbonne en fin de journée en passant par la côte. Nous faisons un arrêt à la très belle tour de Belem, avant de dîner dans un restaurant italien assez médiocre.
Antoine est rentré de Belgique. Dans la nuit il est au café de Flore et nous échangeons quelques SMS. Je le sens toujours aussi distant. Je lui propose d’aller à Bayreuth avec mois dans deux semaines mais il refuse, prétextant des répétitions pour Constant, son spectacle de rentrée.

18856ème jour

Lisbonne

Après un petit déjeuner à une terrasse de l’Avenida da Liberdade, nous partons au sud de Lisbonne à Portinho da Arrabida où se trouve une petite plage charmante. Il fait gris mais de temps à autre le soleil perce. Nous déjeunons sur la plage, de palourdes et de sardines avec un délicieux vinho verde.
Au retour, nous visitons Graça, l’autre colline de Lisbonne, elle aussi envahie par les touristes. Dîner près de l’hôtel, dans un restaurant où je retrouve mon plat préféré au crabe.
Bref échange par SMS avec Antoine qui me dit passer sa journée au cinéma à Bruxelles, tant il y pleut.

18855ème jour

Salamanque Lisbonne

Nous faisons la dernière longue distance notre voyage, de Salamanque à Lisbonne avec une étape pour déjeuner à Tomar, une très jolie petite ville portugaise. Nous arrivons à Lisbonne en fin d’après-midi et j’emmène mes filles découvrir le centre ville.
Sans nouvelle d’Antoine, je lui envoie un message lui indiquant que je redeviens parano auquel il répond par un Imbécile !" censé me rassurer.
Nous dînons dans un restaurant branché du Barrio Alto. Mes filles unanimes trouvent le serveur "trop beau". Pourtant, je puis affirmer sans grand risque de me tromper que j’avais plus de chance qu’elles d’avoir du succès auprès de lui.

18854ème jour

Salamanque II

Je pense à Antoine en permanence et en fin de matinée je lui envoie un SMS : "Tu ne crois pas que ca serait bien si tu me disais ce qui se passe ?" A ma grande surprise, il m’appelle aussitôt. Il est en voiture, en route pour Bruxelles et me rassure. Même si on se parle peu de temps, il me dit clairement que je suis parano et qu’il n’y a pas de souci.
Un peu rassuré, j’emmène mes filles déjeuner dans un restaurant très charmant de la ville: El Alquimistai>.

18853ème jour

Salamanque I

Nous avons continué notre route vers le sud en faisant une halte à la Meson El Pastor a Aranda de Duero, qui a la réputation de servir le meilleur agneau grillé d’Espagne. Je m’y étais arrêté en 1984 avec N. et je lui ai envoyé un SMS pour évoquer ce souvenir si ancien. Nous avons poursuivi la route jusqu’à Salamanque, ville universitaire sublime que nous découvrions et que nous avons parcourue en tout sens en fin d’après-midi.
Malgré mes demandes de lui parler au téléphone, j’ai toujours l’impression qu’Antoine me fuit.

18852ème jour

Cidreries

Nous avons passé la frontière en fin de matinée et j’avais envie d’emmener mes filles dans l’une des cidreries de la région. Nous avons eu beaucoup de mal à en trouver une ouverte pour déjeuner. Hors saison, elles sont en général ouvertes le soir seulement. Il y avait un menu quasiment unique. Salade de poivrons, côte de bœuf cuite au feu de bois et plateau de fromage accompagné de pâte de coing. Le plus amusant était de se rendre dans la salle des tonneaux, d’ouvrir le robinet et de tenter de placer son gobelet à deux ou trois mètres de là, afin que le jet atteigne sa cible et délivre un cidre mousseux, à la couleur d’urine et, il faut bien l’avouer, un peu aigrelet.
Le soir nous avons fait étape à Argomaniz, un Parador installé dans un bâtiment ou, parait-il, Napoléon passa la nuit la veille de la bataille de Vitoria.
Antoine est toujours aussi distant et je suis de plus en plus persuadé qu’il me prépare fort maladroitement à un largage en bonne et due forme.

18851ème jour

Paris Bordeaux Dax

Nous sommes partis vers six heures, avons faite une halte à Bordeaux pour déjeuner et une autre à Biscarosse pour passer quelques instants sur la plage bondée. J’avais fait le choix bizarre de passer la nuit à Dax, une ville qui s’est avérée être déserte et ennuyeuse.
Je sens Antoine froid. C’est tout juste s’il répond à mes messages et bien sûr je m’inquiète.

janvier 2017
decembre 2015
novembre 2015
octobre 2015
septembre 2015
aout 2015
juillet 2015
juin 2015
mai 2015
avril 2015
mars 2015
fevrier 2015
janvier 2015
decembre 2014
novembre 2014
octobre 2014
septembre 2014
aout 2014
juillet 2014
juin 2014
mai 2014
avril 2014
mars 2014
fevrier 2014
janvier 2014
decembre 2013
novembre 2013
octobre 2013
septembre 2013
aout 2013
juillet 2013
juin 2013
mai 2013
avril 2013
mars 2013
fevrier 2013
janvier 2013
decembre 2012
novembre 2012
octobre 2012
septembre 2012
aout 2012
juillet 2012
juin 2012
mai 2012
avril 2012
mars 2012
fevrier 2012
janvier 2012
decembre 2011
novembre 2011
octobre 2011
septembre 2011
aout 2011
juillet 2011
juin 2011
mai 2011
avril 2011
mars 2011
fevrier 2011
janvier 2011
decembre 2010
novembre 2010
octobre 2010
septembre 2010
aout 2010
juillet 2010
juin 2010
mai 2010
avril 2010
mars 2010
fevrier 2010
janvier 2010
decembre 2009
novembre 2009
octobre 2009
septembre 2009
aout 2009
juillet 2009
juin 2009
mai 2009
avril 2009
mars 2009
fevrier 2009
janvier 2009
decembre 2008
novembre 2008
octobre 2008
septembre 2008
aout 2008
juillet 2008
juin 2008
mai 2008
avril 2008
mars 2008
fevrier 2008
janvier 2008
decembre 2007
novembre 2007
octobre 2007
septembre 2007
aout 2007
juillet 2007
juin 2007
mai 2007
avril 2007
mars 2007
fevrier 2007
janvier 2007
decembre 2006
novembre 2006
octobre 2006
septembre 2006
aout 2006
juillet 2006
juin 2006
mai 2006
avril 2006
mars 2006
fevrier 2006
janvier 2006
decembre 2005
novembre 2005
octobre 2005
septembre 2005
aout 2005
juillet 2005
juin 2005
mai 2005
avril 2005
mars 2005
fevrier 2005
janvier 2005
decembre 2004
novembre 2004
octobre 2004
septembre 2004
aout 2004
juillet 2004
juin 2004
mai 2004
avril 2004
mars 2004
fevrier 2004
janvier 2004
decembre 2003
novembre 2003
octobre 2003
septembre 2003
aout 2003
juillet 2003
juin 2003
mai 2003
avril 2003
mars 2003
fevrier 2003
janvier 2003
decembre 2002
novembre 2002
octobre 2002
septembre 2002
aout 2002
juillet 2002