19034ème jour

Paris Milan

Un garçon qui habite le voisinage voulait passer me voir au réveil pour fumer un joint et me sucer. Par jeu, j’avais dit oui mais lorsque le réveil a sonné, je ne sentais plus du tout la situation, tout simplement en raison de l’heure. Je lui ai envoyé un SMS pour annuler. Il semblait déçu.
Je pars à Roissy, juste le temps de récupérer ma fille aînée qui rentrait d’Asie. Je suis ému de la retrouver mais j’ai peu de temps car j’ai moi-même un vol pour Milan. Elle est encore en tongs et, malgré le froid intense, elle m’accompagne dans la navette du terminal 2, navette qui fait un détour hallucinant par un parking du bout du monde, encore au-delà du terminal 2G. La balade fait que je rate mon avion et dois prendre le suivant.
A Milan je vais à l’hôtel d’HLG qui donne des interviews à la presse à l’occasion de la sortie de l’édition italienne de sa biographie simplifiée.
Le soir, grande conférence de presse à La Scala en présence de Riccardo Chailly, puis buffet dinatoire dans une magnifique salle recouverte de fresques, dans l’hôtel particulier appartenant à l’éditeur d’HLG.

19033ème jour

Le souffle au cœur

Un garçon des beaux quartiers m’ajoute sur skype alors que je suis au bureau et s’intéresse beaucoup à moi. Il dit s’appeler Mathieu de Bonaventure mais c’est bien évidemment un pseudonyme bidon. Je joue le jeu mais le garçon semble être aussi bidon que son nom.
Le soir, je regarde par hasard Le souffle au cœur de Louis Malle sur TV5 Monde. Je me souviens parfaitement d’avoir lu des articles un peu choqués par le film lors de sa sortie en 1971. Aujourd’hui, on n’est plus guère choqué mais, étrangement le film, tout en ayant beaucoup vieilli, reste étonnamment moderne et m’a donné une grande bouffée de nostalgie.

19032ème jour

Tu seras un homme

Vu en DVD Tu seras un homme, bon film français assez efficace, mais je dois reconnaître avoir systématiquement du mal avec Lorànt Deutsch, même si ce rôle de fils un peu minable lui va bien.
Dans l’après-midi, je jette dans une poubelle l’invitation reçue la veille d’Antoine pour aller assister à Race, la pièce de David Mamet dont il participe à la mise en scène. J’ai hésité à la lui renvoyer, mais j’ai finalement opté pour la poubelle et le mépris, gagnant ainsi un peu de temps et d’agent.
Le soir, dîner avec ma plus jeune fille au restaurant italien de Montmartre.
Et puis, comme je n'ai plus de nouvelle de l'autre Antoine qui ne répond à aucun message depuis deux semaines, je lui laisse ceci sur facebook:
Comme tu es un pleutre, je vais te simplifier la tâche: tu es un mec sans talent, sans intérêt et sans éducation. Comme je sais bien que tu n'as jamais eu l'intention de me rendre l'argent que je t'ai prêté, je t'en fais cadeau. Ne plus t'avoir comme boulet à me demander d'inviter tes potes minables à bouffer, cela vaut largement cette somme. Comme tu n'as aucun talent ni musical ni pictural, que tu ne sais même pas aligner deux mots sans faire de faute d'orthographe, il va peut être falloir te mettre au boulot et arrêter de vivre aux crochets des autres. Bon vent.

19031ème jour

Le Harcourt du pauvre

Le matin, je vais de bonne heure à Roissy pour récupérer l’une de mes filles qui rentre d’une semaine de vacances à Montreal. Nous célébrons le bonheur de nos retrouvailles avec un tartare du café Pierre devenu MÖM.
L’après-midi, je me rends au cinéma MK2 Bibliothèque pour tester la cabine photomaton Harcourt qui y est installée. C’est une cabine apparemment normale mais elle tente de reproduire la lumière et surtout le fameux halo Harcourt. Pour la somme de dix Euros, on a droit à trois essais et bien sûr on essaye de bien faire les choses. Je me suis habillé plutôt élégamment, en blanc et noir, et je tiens à prendre la pose Harcourt en regardant de trois quart. C’est difficile de prendre une bonne pause en regardant de trois quart (il aurait été plus judicieux de placer l’écran de contrôle sur le côté). Les deux premières poses sont bien sûr mal cadrées. La troisième est convenablement cadrée mais j’y ai un air sinistre. Tant pis pour moi.

19030ème jour

Istanbul Bartok

Il a neigé dans la nuit et le chauffeur de taxi avance plus modérément qu’à l’habitude sur le chemin de l’aéroport. Alors qu’il m’a entendu parler français au téléphone, il vérifie d’où je suis et satisfait me déclare : "Sarkozy Pinnochio!".
Le vol de Paris a deux heures de retard et c’est juste à l’heure que j’arrive avec ma fille au théâtre des Champs Elysées pour le concert Bartok de l’orchestre Philharmonia. Rien à dire de ce concert, si ce n’est que j’ai toujours autant de mal à entrer dans le monde de ce compositeur. Cette musique m’est presque indifférente, à l’exception de quelques pièces pour piano et des danses roumaines. Ma fille est très impressionnée par le nombre de spectateurs que je connais dans la salle et me déclare : "Papa tu es un VIP !"

19029ème jour

Istanbul

Ce matin, sur le premier pont du Bosphore, le taxi qui roulait devant nous arborait un panneau noir vantant le boycott des produits français. Ce genre de panneau fleurit à Istanbul depuis quelques jours.
Le soir, depuis ma chambre d’hôtel, je capte Ilker, un grindrien qui habite la côte anatolienne. C’est assez loin, une demi-heure de taxi, dans un quartier que je connais mal, mais je suis assez tenté. Alors que je suis en train de m’habiller après une douche, je comprends qu’il s’attend à une relation tarifée et bien évidemment, j’annule tout et je me couche.

19028ème jour

Bartok Istanbul

Ce matin, j’ai appelé le théâtre des Champs-Elysées pour savoir si eux, pouvaient me fournir des duplicatas des billets du concert Bartok. Ils me répondent qu’à priori c’est possible, mais qu’il faut voir directement avec la fnac. Ils me donnent le numéro d’un centre clients où en effet, on me confirme que cela est possible, les places étant numérotées. Je retourne à la fnac, cette fois ci à Ternes, et là tout se règle enfin.
Le soir, départ pour Istanbul où, pour la première fois depuis longtemps, je séjourne au Hyatt. Je travaille tard dans la nuit dans ma chambre d’hôtel.

19027ème jour

Mais où ai-je donc mis mes billets du concert Bartok ?

Il y a quelques semaines, alerté par Philippe(s) de l’Escalier, j’avais acheté deux billets à un prix très bas pour la concert Bartok de l’orchestre Philharmonia au théâtre des Champs-Elysées. Depuis quelques jours, je n’arrive pas à remettre la main sur les deux billets et après avoir cherché un peu partout, je me rends à la fnac des Champs Elysées pour tenter d’obtenir deux duplicatas mais après un bon quart d’heure de négociation, il s’avère que cela est impossible.

19026ème jour

Paris Francfort Paris

Aller retour Paris Francfort dans la journée pour une réunion qui s’avèrera être plutôt inutile. A midi, je déjeune au café Rosso, un restaurant qui se situe à l’intérieur de l’Alte Oper, l’un des rares bâtiments du vieux Francfort qui soit encore debout.

19025ème jour

Ravel au Théâtre des Champs Elysées

Dans l’après-midi je reçois, un message SMS de ma fille depuis une boutique Urban Outfitters où nous sommes allés ensemble à Montreal.
Le soir au théâtre des Champs-Elysées, j'assiste à un concert Ravel par l’orchestre de Rotterdam dirigé par Nezet Seguin. Résultat mitigé. A aucun moment je ne vibre dans ce beau programme. Je suis heureux d’entendre pour la première fois la chanteuse Anna-Caterina Antonacci qui semble se faire un beau succès en ce moment. Content d’entendre aussi pour la première fois en concert la version intégrale de Daphnis et Chloé. Content aussi d’avoir revu mon ami H.

19024ème jour

21

Aucun souvenir de cette journée si ce n’est qu’elle est une date importante pour ma famille mais qu’on ne s’appelle pas particulièrement ce jour là.

19023ème jour

Lisbonne Paris

Journée ennuyeuse et sans grand intérêt. Le vol de retour de Paris à Lisbonne me semble interminable. Je partage le taxi de retour d’Orly à Paris avec un collègue et je suis content de me retrouver chez moi après cinq nuits à l’hôtel.

19022ème jour

Lisbonne III

Dîner avec plein de collègues dans un ancien local industriel transformé en restaurant branché à la nourriture banale. L’attraction de la soirée est une nouvelle collègue britannique assez jolie qui, parait-il se flatte d’aimer les mecs au cul serré afin de les doigter. Après dîner, la fille en question à l’air de beaucoup s’intéresser à moi, mais je me rends vite compte qu’elle est saoule et je laisse tomber l’affaire. Après dîner, on va boire un verre à Irish & Co, une boîte à l’atmosphère survoltée et qui se trouve sous le grand pont du 25 avril.

19021ème jour

Lisbonne II

Devinez quoi ? J’ai repris une Santola recheada à Solar dos Presuntos.
Dans l’après-midi, je reçois un SMS de ma fille depuis Montreal.
Le soir, dîner dans un endroit médiocre au bord de la mer près d’Estoril.

19020ème jour

Istanbul Lisbonne

Un vol inhabituel pour moi depuis Istanbul jusqu’à Lisbonne et qui, à ma grande surprise, dure cinq heures. L’avion de la Turkish Airlines passe au dessus de Rome, de la Sardaigne, des Baléares et de Madrid avant de virer au dessus de l’océan Atlantique, de survoler la vieille ville où j’ai passé une partie de mes dernières vacances d’été et d’atterrir enfin. J’entraîne quelques collègues pour déguster une Santola recheada au restaurant Solar dos Presuntos qui est définitivement mon préféré à Lisbonne. Puis nous prenons un verre de Ginja à Ginjinha, mon bistro minuscule du Largo de São Domingos et que j’avais découvert avec Manu voila une dizaine d’années. Le soir, dîner à Kais, dans un restaurant branché du Kais de la Viscondessa.

19019ème jour

Istanbul

Je retrouve mon client au café de Maslak à 8h30 comme d’habitude. Il fait beau et froid et j’ai mal à le croire lorsqu’il m’annonce que la météo annonce de la neige pour l’après midi. Mais en effet, alors que nous rentrons sur Istanbul après une journée de travail, des flocons tombent et nous croisons des voitures couvertes d’une épaisse couche de neige. Comme d’habitude à Istanbul, la neige crée des embouteillages abominables et j’abandonne mon client et je rentre à mon hôtel en métro.
Alors que je regarde Les amants de Louis Malle à la télévision (magnifique premier sextuor de Brahms !) la famille arabe voisine continue de brailler. N’y tenant plus je demande à changer de chambre et je passe une nuit parfaite.

19018ème jour

Paris Istanbul

Déjeuner au Vagenende dans lequel je n’avais pas mis les pieds depuis une vingtaine d’années. Les lieux ont été rafraichis tout en respectant le magnifique décor de 1904.
Je passe ensuite à la Chaumière à musique qui a enfin réussi à me dégotter un exemplaire des Liederkreis et (surtout Mondnacht) de Schumann par Matthias Goerne.
Comme j’ai un rendez vous à Istanbul le lendemain matin, je prends le vol Turkish Airlines de 17h30.
Il fait très froid à Istanbul, beaucoup plus qu’à Paris.
A mon hôtel, la chambre d’à côté est occupée par une famille arabe très bruyante. Je gueule depuis mon lit, je tape à plusieurs reprises sur les murs mais rien n’y fait. J’appelle la réception pour leur demander de traiter le problème. J’entendrai le téléphone sonner dans la chambre voisine et il y aura une brève accalmie avant que les bruits ne reprennent. L’épuisement me permettra de trouver enfin le sommeil vers trois heures du matin, en me maudissant de ne pas avoir demandé immédiatement à changer de chambre.

19017ème jour

Marco III

Le soir, je reparle avec Marco, le mexicain aux yeux clairs. Il a l'air d’avoir envie de sexe, moi aussi, et peu de temps après il sonne à ma porte. Cette fois-ci il est blond, à cause des douaniers, me dit-il, pour être cohérent avec la photo de son passeport, puisqu’il rentre au Mexique prochainement pour quelques jours de vacances.
On ne reste pas longtemps devant le feu de bois, on se retrouve vite dans ma chambre dans l’une de mes positions préférées. Il embrasse particulièrement bien, il a la peau miraculeusement douce et je découvre qu’il a de grands tatouages sur l’épaule et ailleurs encore.
Malheureusement il ne reste pas pour passer la nuit avec moi et pourtant, j’aurais eu du plaisir à me réveiller de temps en temps au cours de la nuit avec quelqu’un auprès de moi. Après son départ, je regarde la fin de Animal Kingdom, un film australien très noir et plutôt réussi.
Cette soirée m’aura fait du bien car je n’aurai pas eu de sexe vraiment agréable avec un garçon depuis ma rupture avec Antoine.

19016ème jour

Hugo Cabret

Très énervé par un problème professionnel, j’ai décidé de prendre une journée de congés. Je me trouve un costume Paul Smith en solde chez Tony Truand et, le soir, je me rends avec ma plus jeune fille au Pathé Wepler pour voir les aventures d’Hugo Cabret, film d’adolescent plutôt réussi et bel hommage à l’époque des tous premiers films. Mention particulière à Sacha baron Cohen alias Borat et la scène d’anthologie où il prend son bain avec son dobermann.

19015ème jour

Faux départ

En fin de matinée, je me rends à Roissy afin de partir à Paderborn via Munich. Alors que j’attends dans le salon Lufthansa, j’apprends que mon meeting allemand est annulé. Je prends un bretzel, une bière et je rentre au bureau, ravi d’échapper à un déplacement particulièrement ennuyeux.

19014ème jour

mobile.free.fr

Dans la journée, je confirme mon projet, objet du dossier bancaire de la veille, et bien persuadé qu’en cette période de crise imminente, la probabilité de perdre une somme rondelette est assez forte.
Le soir, je prends un numéro de mobile free sans trop savoir ce que j’en ferai mais comment refuser une ligne gratuite ? Comme on peut choisir son numéro parmi une liste de dix, je continuerai de tenter ma chance dans les semaines à venir dans l’espoir de dénicher un beau numéro.

19013ème jour

Faffner au Megastore

En rentrant du travail, je passe au Virgin Megastore pour acheter le CD du Concert du Nouvel An dont je possède toutes les éditions publiées depuis 1979. Ce concert de 1979, le dernier a être dirigé par Willi Boskowsky avait été publié en 33 tours par Decca et à l’époque, commercialiser en quelques jours un concert live avait été considéré comme un véritable exploit. Les concerts de Maazel (1980-1986) n’ont été publiés que sous forme d’extraits et à compter du fameux concert de Karajan de 1987, la publication a été systématique.
Alors que m’apprête à payer, j’aperçois à la caisse voisine, j’aperçois Igor Bogdanoff qui ressemble de plus en plus à Faffner.
Rentré chez moi, je constitue un dossier bancaire compliqué qui me permet de découvrir que j’ai encore eu un fraude sur ma carte bancaire (bien modeste puisque de dix euros).

19012ème jour

Antoine III

En fin de journée, Antoine passe chez moi avec celui qu’il me présente comme étant son meilleur ami, un colombien assez laid et un peu étrange dont je n’ai toujours pas très bien compris ce qu’il faisait dans la vie. On boit une bouteille de champagne chez moi et on va dîner tous les trois chez Ganier.

19011ème jour

Melancholia

Vu en bluray le film Melancholia que j’avais raté lors de sa sortie. Envouté par la beauté des images et l’étrangeté de l’atmosphère et, bien sûr, par la musique de Tristan.
Le soir, je récupère Thomas devant la Cinémathèque et nous dînons ensemble au café Beaubourg.

19010ème jour

Shame

Le crétin de la caisse du Cinéma des Cinq Caumartins m’a quasiment engueulé car je n’avais pas vu le petit panneau complet indiquant qu’il n’était plus possible d’acheter des billets pour la séance de 17 heures. A la place, je suis allé voir Shame, ce film magnifique, flamboyant et désespéré avec Michael Fassbender. C’est une vision sombre et belle de New York et le vagabondage cruellement égoïste du personnage principal n’a pas été sans me rappeler ma propre vie.

19009ème jour

Antoine II

Je passe chercher Antoine à la gare de Bezons. Il est habillé un peu n’importe comment, coiffé avec une affreuse queue de cheval mais cela ne l’empêche pas d’être magnifique. Nous déjeunons à la Vinoteca, il me raconte ses activités de travailleur humanitaire dans des pays lointains avec sa mère, puis la mort de celle-ci il y a six mois. En début d’après-midi, je le dépose à la Madeleine et le lui glisse une enveloppe avec la somme qu’il m’avait demandée la veille en sachant parfaitement qu’il ne me remboursera jamais.

19008ème jour

Antoine I

Milan Paris le matin de bonne heure. Alors que je suis dans le taxi de Roissy au bureau, le chauffeur est en verve :
- Cette année, c’est pas la neige c’est la pluie. On va bientôt passer le permis bateau.
- Et bonne année surtout. On vous l’avait jamais dit !
Déjeuner à la villa corse avec le très petit groupe de collègues de mon ancienne boîte avec lesquels je suis resté lié.
Le soir, alors que je rentre du bureau je capte sur grindr un très beau garçon qui ne me répond pas. Alors que je lui réécris un message avec juste le mot soupir, il me répond enfin et je comprends qu’il n’avait jamais reçu le premier message. Je constate sur sa page facebook dont il m’a donné l’adresse qu’il est vraiment magnifique mais il a deux défauts : il s’appelle Antoine et alors que l’on ne se connaît même pas, il me demande de lui prêter de l’argent. La beauté l’emporte et après une discussion qui se poursuit tard dans la nuit, nous prenons rendez-vous pour déjeuner le lendemain. Avant de m'endormir une recherche google me confirme qu'il est très beau mais qu'il embrasse n'importe qui.

19007ème jour

Gerardo

Journée sans grand charme de réunions à Milan. Le soir, après un passage à la boutique Abercrombie (rien acheté) et chez Ricordi (rien acheté non plus) je discute avec un grindrien qui passe me voir à mon hôtel un peu après deux heures du matin. Il s’appelle Gerardo, il est péruvien et beaucoup moins bien que sur ses photos mais je n’ai pas le courage de le renvoyer. On s’embrasse, il me suce, il prend tellement de poppers qu’il ne se sent pas très bien et qu’il repart sans qu’on ait fait grand-chose. Je m’endors épuisé.

19006ème jour

Paris Milan

En fin de journée, c’est mon premier vol de l’année et je repars à Milan. A l’arrivée, je ne résiste pas au plaisir de conduire la nouvelle Alfa Giuletta de mon collègue italien et nous dînons a la Risacca 6, un restaurant de poisson près de la Porta Vittoria.

19005ème jour

Marco II

Le soir, Marco, le Mexicain qui m'avait posé un lapin le mois dernier, passe me voir. Il fait ses études à Paris et, sur ses photos Grindr, il a des cheveux blonds et des yeux verts. Les yeux verts semblent originaux et liés à son ascendance paternelle allemande, mais les cheveux blonds étaient une fantaisie d’un moment et sont désormais bruns. Comme je n’ai plus de vodka, on boit des Gin pamplemousse. Je l’aurais bien embrassé mais je n’ai pas osé.

19004ème jour

1er janvier

La journée s’écoule avec le traditionnel concert du nouvel an dirigé cette fois ci par Mariss Jansons qui semble rétabli de sa bronchite et inclut un peu de Tchaikovski au menu de la famille Strauss. Bruno Duteurtre qui présente le concert sur France 2, est assez amusant lorsqu’il déclare que le Concert du Nouvel An est tellement conservateur qu’il en devient provoquant.
Je rentre sur Paris en train en regardant sur mon iPad le film bien médiocre Il n’est jamais trop tard (Larry Crowne) avec Tom Hanks et Julia Roberts. Visite de Thomas qui passe prendre un verre chez moi.
janvier 2017
decembre 2015
novembre 2015
octobre 2015
septembre 2015
aout 2015
juillet 2015
juin 2015
mai 2015
avril 2015
mars 2015
fevrier 2015
janvier 2015
decembre 2014
novembre 2014
octobre 2014
septembre 2014
aout 2014
juillet 2014
juin 2014
mai 2014
avril 2014
mars 2014
fevrier 2014
janvier 2014
decembre 2013
novembre 2013
octobre 2013
septembre 2013
aout 2013
juillet 2013
juin 2013
mai 2013
avril 2013
mars 2013
fevrier 2013
janvier 2013
decembre 2012
novembre 2012
octobre 2012
septembre 2012
aout 2012
juillet 2012
juin 2012
mai 2012
avril 2012
mars 2012
fevrier 2012
janvier 2012
decembre 2011
novembre 2011
octobre 2011
septembre 2011
aout 2011
juillet 2011
juin 2011
mai 2011
avril 2011
mars 2011
fevrier 2011
janvier 2011
decembre 2010
novembre 2010
octobre 2010
septembre 2010
aout 2010
juillet 2010
juin 2010
mai 2010
avril 2010
mars 2010
fevrier 2010
janvier 2010
decembre 2009
novembre 2009
octobre 2009
septembre 2009
aout 2009
juillet 2009
juin 2009
mai 2009
avril 2009
mars 2009
fevrier 2009
janvier 2009
decembre 2008
novembre 2008
octobre 2008
septembre 2008
aout 2008
juillet 2008
juin 2008
mai 2008
avril 2008
mars 2008
fevrier 2008
janvier 2008
decembre 2007
novembre 2007
octobre 2007
septembre 2007
aout 2007
juillet 2007
juin 2007
mai 2007
avril 2007
mars 2007
fevrier 2007
janvier 2007
decembre 2006
novembre 2006
octobre 2006
septembre 2006
aout 2006
juillet 2006
juin 2006
mai 2006
avril 2006
mars 2006
fevrier 2006
janvier 2006
decembre 2005
novembre 2005
octobre 2005
septembre 2005
aout 2005
juillet 2005
juin 2005
mai 2005
avril 2005
mars 2005
fevrier 2005
janvier 2005
decembre 2004
novembre 2004
octobre 2004
septembre 2004
aout 2004
juillet 2004
juin 2004
mai 2004
avril 2004
mars 2004
fevrier 2004
janvier 2004
decembre 2003
novembre 2003
octobre 2003
septembre 2003
aout 2003
juillet 2003
juin 2003
mai 2003
avril 2003
mars 2003
fevrier 2003
janvier 2003
decembre 2002
novembre 2002
octobre 2002
septembre 2002
aout 2002
juillet 2002