18638ème jour

G26

Il est entré dans la voiture et on s’est embrassés. Il portait un blazer bleu marine avec un écusson de rugby, un pantalon écossais et des bottes de cuir. On est allé à la Galerie Vivienne dans un petit salon de thé qu’il affectionne ; un café au lait pour lui, un lapsang souchong pour moi. On a repris contact doucement, se racontant cette année 2010 au cours de laquelle nous ne nous sommes quasiment pas rencontrés. Il avait l’air de bien se sentir et souvent il riait aux éclats. Je l’ai déposé chez lui en ce dernier soir de l’année. Je lui ai dit que je préférais lui laisser l’initiative d’un prochain contact mais je sais qu’il me rappellera sans pour autant que je n’espère quoi que ce soit.
Et cette année 2010 se termine aussi par un SMS de G. qui, un peu avant minuit, m’envoie ses vœux qu’il conclut par un A bientôt.

18637ème jour

Où il s'avère que les solutions sont parfois plus simples qu'on ne l'imaginait

Je rentre de Prague par le vol du matin, content de ma soirée mais un peu déçu de ne pas avoir pu récupérer mes clefs. Dans le taxi qui m’emmène à l’aéroport, j’envoie un message à mon collègue Pragois pour savoir si, par hasard il n’a pas trouvé des clefs sur le plancher de sa voiture. Arrivé à Paris, il me répond qu’en effet il a trouvé des clefs, mais dans nos locaux de Prague. Réponse à toutes mes questions que j’aurais pu obtenir à moindre effort.

18636ème jour

Le concert de la Saint Sylvestre au Rudolfinum

Je repars pour Prague pour la troisième fois en trois semaines. Il y fait un froid intense (-10°C) et à part un déjeuner à mon cher café Savoy, je passe ma journée à tenter de retrouver mes clefs. Je tente ma chance au comptoir Czech Airlines, au Objets trouvés de l’aéroport, à mon hôtel, au restaurant du dîner d’anniversaire et même au Rudolfinum où j’assiste au concert de la Saint Sylvestre dont le programme parle de lui-même :
Bedrich Smetana : Polka de La fiancée vendue (plaisant sans plus)
Anton Dvorak : Valses de Prague (pièce que je ne connaissais pas et qui est fort agréable)
Jean Sibelius : La Valse triste (non (Paris Broadway, ça n’était pas la Chanson de Solveig !)
Eduard Strauss : Quadrille sur des thèmes de Carmen souvent donnée au concert du Nouvel-An)
Piotr Illitch Tchaikowski : La valse des fleurs (combien de fois le thème principal Alban Berg ?)
Julius Ernest Wilhelm Fučík : Stary brucoun, une Polka
Ion Ivanovici : Les flots du Danube (il fallait bien que j’entende un jour la mélodie qui me poursuit. Sauf erreur de ma part il ne s’agissait pas de l’orchestration de Watdteufel)
Entracte
Johann Strauss : Feuerpolka (avec le percussioniste aux enclumes déguisé en forgeron)
Frédéric Chopin : L'une des valses (dans une belle transcription de Glazounov)
Edward Elgar : Salut d’amour (tout le monde connaît sans savoir le nom de la pièce)
Dimitri Schostakovich : La fameuse valse extraite de la Jazz Suite (avec une étrange introduction d’accordéon ajoutée)
Maurice Jarre : La chanson de Lara (avec balalaïka comme il convient, et même mandoline et accordéon)
Maurice Ravel : La Valse (cela fait du bien d’entendre de la bonne musique, mais maintenant, les tchèques pensent que tous les français s’appellent Maurice)
Johannès Brahms : deux danses hongroises orchestrées par Anton Dvorak
Le concert se termine par un bis qui est ce que je croyais jusqu’à aujourd’hui être une célèbre mais anonyme musique de cirque mais qui s’avère être l’Entrée des gladiateurs de Julius Ernest Wilhelm Fučík, aimablement dirigé par Ion Marin, que je vais enfin cesser de confondre avec Marin Aslop.

18635ème jour

Les encardeurs n’encadrent pas Niels non plus

Je trouve à Levallois un encadreur ouvert en décembre. La fille qui m’accueille est perplexe en raison de la taille de l’affiche (1m50 par 90 cm environ). Elle ne me recommande pas le verre (7 à 10 kilogrammes) et me propose de coller l’affiche sur une plaque légère et de la recouvrir d’un plastique adhésif. La vulgarité du procédé et son prix (600€) me font renoncer. Je laisse juste l’affiche de la Mahlerfeest organisée par Mengelberg au Concertgebouw en 1920 à encadrer pour mon bureau.
Alors que je déjeune sur l’île de la Jatte, je reçois ce mot inattendu de G. :
J’espère que tu as passé de bonnes fêtes. Je t’embrasse. G.
Auquel je réponds
Merci pour ton message qui me touche. Cela me ferait plaisir de te revoir. Je t’embrasse. V.
Le soir, j’achète une boîte de punaises blanches au Monoprix et je fixe le sourire de Niels au dessus de mon lit. Ce visage à la Tadzio qui veillera sur mes nuits et le titre LES AMOURS IMAGINAIRES en grandes lettres blanches, me ressemblent finalement plutôt bien.

18634ème jour

Les encadreurs ne m'encadrent pas

N’ayant pas de nouvelle de Niels par Facebook pour faire dédicacer mon affiche, en rentrant du travail, je cherche dans tout Paris un encadreur afin de pouvoir la suspendre au dessus de mon lit. Bizarrement étant lundi et en décembre, tous sont fermés. Je rentre chez moi avec l’affiche.

18633ème jour

Plan N. II

Bien qu’ayant joui dans mes draps, N. ne souhaite pas prendre le douche le matin. J’ai la courtoisie de le déposer à Meudon et je n’envisage absolument pas de le revoir.
Le soir je regarde en bluray la version intégrale du Hamlet de Kenneth Branagh. J’ai un peu honte de l’avouer mais je préfère la version courte (d’autant qu’elle évite de voir Gérard Depardieu, ridicule dans du Shakespeare).

18632ème jour

Plan N. I

Je vais chercher N., un Grindrien à Meudon. On va chez moi, on fait du feu, on boit une bouteille, on regarde Eyes wide shut en bluray, on se couche, je le suce, il jouit, on dort.

18631ème jour

Une visite à ma banque


- Bonjour j’aurais voulu 600 € en grosses coupures, trois billets de 200 si possible
- Ah ici Monsieur nous n’avons plus de billets.
- Où dois-je demander alors ?
- Vous êtes dans quelle Agence ?
- Ici. Depuis vingt ans.
- Ah. Le plus simple serait que vous alliez au distributeur.
- Oui j’y avais pensé, mais je souhaite des grosses coupures.
- Au distributeur, vous pourrez demander des billets de 50 €.
- Bon . Tant pis, c’est ce que je vais faire alors.

Je vais au distributeur qui me balance 30 billets de vingt €. Je rentre de nouveau dans l’agence pour lui montrer la liasse de billets.
- Oui. Vous vouliez des petites coupures non ?
- …

18630ème jour

Le roi se meurt

Le matin, je retourne à Roissy récupérer ma voiture avec le double des clefs. A tout hasard, je demande au guichet Air France s'ils n'ont rien trouvé dans l'avion. J’apprends que, rien que pour la journée de la veille, huit ordinateurs portables ont été oubliés dans des avions mais pass de nouvelle de mes clefs. A neuf heures j’appelle mon hôtel de Prague mais après enquête, là non plus, il s’avère qu’ils n’ont rien trouvé dans ma chambre.
Le soir, je vais voir avec mes filles à la Comédie des Champs-Elysées Le roi se meurt de Ionesco que Michel Bouquet joue à Paris pour la troisième fois de sa carrière. Après les commentaires de Paris Broadway, j’étais un peu inquiet du résultat mais il s’avère que la fatique du grand acteur au mois d’octobre n’était que passagère. Lui et Juliette Carré (sa femme dans la vie et dans le rôle de la reine Marguerite) sont en pleine forme.
Après la pièce, nous prenons une choucroute au Bar des théâtres qui a tendance à devenir miteux.

18629ème jour

Clefs

Le soir en arrivant à Roissy, alors que j’attends mon bagage, je m’aperçois que je n’ai plus mes clefs, ni celles de la voiture, ni celles de chez moi. J’appelle mon hôtel de Prague pour savoir si je les ai oubliées dans ma chambre mais ils me demandent de rappeler le lendemain.
Je laisse ma voiture à l’aéroport, je rentre en taxi et je récupère le double des clefs de chez moi qu’ont mes filles.

18628ème jour

Le concert de Noël au Rudolfinum

A peine rentré de Prague, j’y retourne. La neige a un peu fondu, faisant place à une gadoue grisâtre beaucoup moins agréable. Puisque c’est mon anniversaire, le soir, j’invite mes collègues présents dans la ville au concert de Noël de la Philharmonie Tchèque. Le programme, dirigé par Zbyněk Müller, démarre avec l’ouverture de Guillaume Tell toujours aussi agréable à entendre par un bon orchestre. Puis c’est un jeune pianiste tchèque, Ivo Kahánek qui s’attaque au Concerto pour piano de Tchaikovski que je n’avais pas entendu depuis le naufrage du concert de Cédric Tiberghien à Mogador. Ivo Kahánek m’impressionne par la qualité de son jeu, par son énergie et son sens des contrastes. Très peu de pains, ce qui est rare dans une telle œuvre. En bis, Ivo Kahánek nous offre la Sonate K380 en mi majeur de Scarlatti, celle qu’Horowitz aimait jouer en bis. Le concert se termine par une honorable interprétation de la Symphonie Ecossaise de Mendelssohn avec, une fois n’est pas coutume, le dernier thème qui n’est pas pris au pied de course.
Nous dînons chez Mlynek, un restaurant à touristes au pied du Pont Charles.

18627ème jour

Allo Benoît?

Je me réveille au beau milieu d’un rêve où j’étais en pleine discussion téléphonique avec Benoît XVI pour l’organisation d’un prochain voyage pontifical en Auvergne.

18626ème jour

Paris

Je déjeune avec ma fille et son chéri au Pershing Hall où l’on sert un brunch très agréable mais hors de prix.
Le soir Alejandro me contacte en pleurnichant car son vol de retour à Barcelone a été annulé du fait des intempéries et il a besoin de moi pour changer son retour. Je lui propose de rentrer le mardi matin mais il préfère repousser son vol au 24 décembre, ayant probablement rencontré quelqu’un sur Paris.

18625ème jour

Schostakovich et Mahler par Mariss Jansons et l'orchestre de la Radio bavaroise

Alejandro a encore passé une partie de la nuit je ne sais où et je dois encore négocier pour qu’il se lève. Il m’enerve tellement qu’on ne se parle quasiment pas pendant le retour en taxi à l’aéroport et pendant tout le vol. Arrivée chez moi, nous avons une dernière discussion où faisant état de notre incompatibilité, il décide de partir en me disant qu’il se débrouillera pour la nuit et pour se rendre à l’aéroport le lendemain. J’en suis vaguement inquiet et soulagé.
Le soir je me rends en pleine tempête de neige au Théâtre des Champs Elysées pour le concert donné par Mariss Jansons avec l’orchestre de la Radio bavaroise. J’assiste à la première partie consacrée à la Neuvième de Schostakovich depuis le premier balcon où les places sont une véritable honte à moins d’être un nain ou un cul de jatte. La direction de Jansons dans Schostakovich est une merveille, pétillante d’humour, pleine de joie et d’ironie, l’orchestre se révélant de plus en plus être l’un des meilleurs au monde, à coup sur dans le top 10 mondial. Mais le moment le plus merveilleux de cette soirée était la Quatrième de Mahler absolument parfaite de bout en bout. Jansons, comme à l’habitude, vit cette musique de l’intérieur, obtient ce qu’il veut de l’orchestre qui le suit comme un seul homme. Cinq jours après la catastrophe de Valery Gergiev sans cette même Quatrième, je suis heureux de constater que je ne suis pas en indigestion mahlerienne mais que, au contraire, mes oreilles sont plus que jamais prêtes à écouter leur musique préférée lorsque celle-ci est bien interprétée. J'ai eu aussi beaucoup de plaisir à retrouver Miah Persson, après une Deuxième un peu ratée à Chicago et un très beau récital de Lieder au Musée d'Orsay.
Et pour le plaisir des yeux, étant descendu à l’orchestre pour cette seconde partie, j’ai eu le bonheur d’admirer le beau Sebastian Klinger œuvrer en tant que premier violoncelle solo de l’orchestre.

18624ème jour

Tosca à l'opéra de Prague

Alejandro devient très casse pieds. Comme il a passé une partie de la nuit sur gros meo, il n’arrive pas à se lever et je vais me promener seul en ville. Je le rejoins pour déjeuner dans les ors Art Nouveau du restaurant de la Maison de la Municipalité où il fume cigarette sur cigarette pendant le repas. Dans l’après-midi, je lui montre le pont Charles qu’il traverse toujours les pieds nus dans ses mocassins. On s’arrête pour prendre un café au Starbucks de Mala Strana où il se réchauffe les pieds sur les grilles de chauffage du sol. Je rentre seul en tramway et on se retrouve pour Tosca à l’opéra du haut de la place Wenceslas. Interprétation honorable de la troupe de l’opéra dans des décors du genre réalité déformée. Le trio Tosca-Scarpia- sans être exceptionnel, fonctionne assez bien.

18623ème jour

La Troisième de Mahler par Eliahu Inbal au Rudolfinum

Alejandro a du mal à se lever de si bonne heure et je commence déjà à m’énerver. Avec la neige, je sais qu’il peut être difficile d’atteindre Roissy mais, pour finir, tout se passe bien et nous arrivons à temps.
Il est tombé énormément de neige ces derniers jours en République tchèque et Prague est magnifique toute de blanc vêtue sous le soleil. Malgré mes avertissements, Alejandro n’a qu’un blouson léger et il tient absolument à marcher avec les pieds nus dans ses mocassins de daim. Il ne tardera pas se mettre à tousser. Je lui montre la ville et les endroits que j’aime. Nous déjeunons au café Savoy et nous marchons jusqu’à Mala Strana, escaladons les rues transformées en patinoires qui montent au château et redescendons en tramway depuis le monastère de Strahov.
Le soir nous nous rendons au Rudolfinum pour la Troisième de Mahler dirigée par Eliahu Inbal. C’est un magnifique concert que nous donne la Philharmonie Tchèque avec un merveilleux solo de cor de postillon, un O Mensch solaire, magnifiquement chanté par Gerhild Romberger (je suis prêt à aller n’importe où dans le monde pour la réentendre), un Bimm Bamm réjouissant, des petites fanfares parfaitement équilibrées, et un adagio final à mourir. Eliahu Inbal fêtera ses soixante quinze ans à Prague en février avec la Septième de Mahler et je ferai tout pour être là.
Après le concert, nous dînons au Barock et rentons à l’hôtel.

18622ème jour

Alejandro

En fin de soirée, je vais à Roissy pour chercher Alejandro. Bien que volant sur Easyjet, il arrive avec peu de retard avec un sac minuscule. On rentre chez moi, on boit un verre devant un feu de bois et bien que devant se lever très tôt le lendemain, on se couche vers deux heures du matin.

18621ème jour

RG

Déjeuner à l’Instinct avec mon ami E. Nous parlons du temps qui passe, de son anniversaire de dans un an et de Romain Gary. J'ai vu en effet récemment ce documentaire sur Gary Le roman du double,où au cours d'une interview, il exprime sobrement le côté insupportable de se trouver dans un corps de cinquante ans alors que dans son esprit, on a toujours dix huit ans. C'est exactement ce que je ressens.

18620ème jour

Les Quatrième et Sixième de Mahler par Valery Gergiev Salle Pleyel

Dernier programme du marathon Mahler avec (c’est fou) la Quatrième et la Sixième symphonie. La Quatrième est la plus plate que je n’ai jamais entendue, sans finesse ni poésie. Comme le triangle, les timbales jouent elles aussi le plus fort possible mais faux (c’est presque amusant dans l’adagio). Je descends à l’orchestre pour être plus près des portes de sortie. Bien m’en prend. Alors que Gergiev démarre l’andante (placé en deuxième position contrairement aux indications du programme) la coupe est pleine, je me lève en pleine musique et je quitte la salle. J’ai eu la tentation de crier Sartir (qui veut dire chiotte) en russe, mais je me suis abstenu.

18619ème jour

Les Première et Cinquième de Mahler par Valery Gergiev Salle Pleyel

Retour salle Pleyel pour le deuxième volet Gergiev Mahler. Le programme est maladroit avec la Première et la Cinquième symphonies (mais c’est pire encore le lendemain). Alors que la Première démarre par cette longue pédale de la, qui est une véritable entrée dans le monde poétique de la forêt, au lieu de laisser s’installer la délicate atmosphère, Gergiev passe directement à la suite, ayant sans doute hâte de retrouver la limousine de l’ambassade de Russie qui l’attend. La Première sera entièrement dans cet esprit aussi peu mahlerien, les fanfares encore trop fortes, le trio du Landler sans poésie, la marche funèbre qui commence par toutes les contrebasses à l’unisson et non la contrebasse solo, et qui se poursuit au pas de course, le dernier mouvement interminable. La Cinquième est un peu mieux mais j’ai du mal à me souvenir de moments vraiment réussis. Les cuivres font encore de nombreux pains le triangle joue systématiquement le plus fort possible jusqu’à en devenir énervant. Je repars aussi énervé que la veille et je dois même subir les applaudissements étant bloqué au milieu du premier balcon.
Le soir je retrouve mes filles pour dîner (cinq mois que nous ne l’avions fait tous ensemble) puis vers minuit, je vais au café Beaubourg retrouver un type de Strasbourg aux cheveux très longs et au rire efféminé que je n’ai pas le courage de ramener chez moi.

18618ème jour

La Deuxième de Mahler par Valery Gergiev Salle Pleyel

C’est ma fille qui me réveille juste quinze minutes avant le début d’une réunion de famille, l’une des dernières parmi celles que l’on planifie longtemps à l’avance. Nous déjeunons chez Bon, rue de la Pompe, où j’avais mis les pieds la dernière fois lorsque l’endroit s’appelait encore Oreve, du nom du fleuriste qui officiait là jadis. Ma mère a l’air excédée d’être là et a hâte de repartir. Encore et toujours cette douleur de voir ses propres parents si mal vieillir.
Le soir je me rends à Pleyel pour le premier concert du marathon que nous propose la salle Pleyel avec Valery Gergiev et l’orchestre du théâtre Mariinsky. C’est l’une des Deuxième Symphonies les plus minables que j’ai entendues si je fais abstraction de l’abominable premier mouvement du concert en plein air du 7 Juillet dernier. Comme souvent avec Gergiev et son agenda surchargé, le concert démarre avec trente minutes de retard, la mise en place avec le chœur français ayant elle-même commencé avec du retard. Il n’y a aucun esprit mahlerien dans l’interprétation de ce soir, juste les notes. Les fanfares sont horriblement fortes, aucun glissando ou portamento qui font la marque de fabrique de Mahler, des pains à la pelle, la soliste du Urlicht à la voix puissante mais laide, le passage si beau d’avant l’entrée des chœurs sans poésie aucune, les chœurs qui s’agitent cinq bonnes minutes avant leur entrée, un orgue (électronique bien sûr) inaudible.
Je repars exaspéré dès le début des appaludissements et je passe chercher Werner, un allemand qui habite Milan et que je dois rencontrer depuis au moins deux ans sans y parvenir. Je le récupère devant la boutique Vuitton des Champs Elysées et on va chez moi boire un verre de champagne et faire connaissance. A minuit, je le dépose devant son hôtel rue Chateaubriand.

18617ème jour

Retrouvailles

Le bonheur de retrouver ma fille aînée au petit matin à Roissy après cinq mois d’absence.
Puis je retrouve mes filles au complet pour déjeuner à La Poste, un restaurant brasserie près du parc Monceau.

18616ème jour

Hiver II

Le matin, je retourne dans la banlieue nord de Paris pour retrouver ma voiture qui est là sous une épaisse couche de neige.
Le soir, ma bonne fée annule le dîner que nous devions prendre ensemble.

18615ème jour

Hiver

Alors que je déjeune avec des clients belges, j’aperçois la neige qui tombe sans aucune interruption derrière la vitre et qui tient bien sur le sol glacé. Vers 16h00, on nous annonce que l’autoroute A1 est bloquée et qu’il convient de rentrer en transports en commun. Je tente quand même de rejoindre ma voiture maius constate qu'il faut deux heures, juste pour sortir de parking et rejoindre un embouteillage sur la route. Le retour est abominable dans un RER bondé qui s’arrête un quart d’heure à chaque station.

18614ème jour

Coke

Réunion toute la journée avec des clients du monde entier. Alors que nous avons prévu un plateau repas plutôt français (et plutôt bon) ils réclament tous un coca cola, estimant trop triste (voir impossible) de ne boire que de l’eau.

18613ème jour

Bach

Je récupère l’un de mes clients en bas de chez lui dans le 17ème. Nous partons ensemble vers Chantilly en écoutant l'extraordinaire Allemande de la Partita en ré majeur de Bach. Ce très long mouvement (douze minutes) est un monde en soi dans lequel on a envie de zs'immerger et il est mon disque fétiche du moment.
Retour le soir tard, toujours avec Bach et David Fray.

18612ème jour

Maxime II

Alors que Maxime dort encore, je me lève un peu avant 8h00 pour acheter les places de la Troisième à la Philharmonie de Berlin en février. On déjeune ensemble chez André et je le laisse à son train gare d'Austerlitz.

18611ème jour

Maxime I

Pour la troisième fois, je retrouve Maxime gare d’Austerlitz. On va dîner à Ze Kitchen ut restaurant de la rue des grands Augustins que je voulais essayer depuis longtemps. Rentrés chez moi, on regarde The Island en Bluray et on dort gentiment l’un contre l’autre.

18610ème jour

Que ferai-je le 18 mai prochain?

J’ai longtemps hésité au sujet de l’endroit où je passerai le soir du centième anniversaire de la mort de Mahler, le 18 mai prochain. J’ai pensé un temps aller à l’opéra de Vienne pour la Neuvième Symphonie mais cet endroit reconstruit péniblement après la guerre me semble esthétiquement très loin de Mahler. Comme il n’y a rien de mahlerien au Musikverein ce jour là, je me suis décidé à prendre deux des dernières places pour le Chant de la terre au Concertgebouw. Il me reste juste à choisir un(e) ami(e) de concert.

18609ème jour

Milan Paris

Journée pleine de réunions.
Déjeuner rapide à la cantine.
Le soir Milan Paris par le vol Lufthansa au rapport qualité prix imbattable.

18608ème jour

La Cena

Le matin, il pleut toujours, je me rends dans un endroit que je rêve de visiter depuis fort longtemps : La cène de Leonard de Vinci du couvent milanais de Santa Maria della grazie. Il faut montrer patte blanche pour la voir et en tout cas réserver longtemps à l’avance un créneau horaire. C’est un miracle que de pouvoir encore l’admirer. Tout le monde sait que le mur utilisé par Leonardo était tellement humide que quelques années plus tard la peinture tendait déjà à partir. Les moines quant à eux ont agrandit la porte qui se trouvait au bas du mur, supprimant ainsi les pieds du Christ. Les bombardements alliés de 1945 ont eux détruit le batiment mais la Cena a miraculeusement survécu. La restauration des années 90 semble être très réussie et se trouver là donne l’impression d’être face à un très vieil ami qu’on a toujours connu.
Le midi, déjeuner dans un restaurant typiquement milanais L’altra isola avec seulement deux plats au menu : l’escalope milanaise et l’osso bucco au riz au safran. Pour terminer, un Zabaione absolument merveilleux, dont je décrète qu'il est le meilleur du monde.
janvier 2017
decembre 2015
novembre 2015
octobre 2015
septembre 2015
aout 2015
juillet 2015
juin 2015
mai 2015
avril 2015
mars 2015
fevrier 2015
janvier 2015
decembre 2014
novembre 2014
octobre 2014
septembre 2014
aout 2014
juillet 2014
juin 2014
mai 2014
avril 2014
mars 2014
fevrier 2014
janvier 2014
decembre 2013
novembre 2013
octobre 2013
septembre 2013
aout 2013
juillet 2013
juin 2013
mai 2013
avril 2013
mars 2013
fevrier 2013
janvier 2013
decembre 2012
novembre 2012
octobre 2012
septembre 2012
aout 2012
juillet 2012
juin 2012
mai 2012
avril 2012
mars 2012
fevrier 2012
janvier 2012
decembre 2011
novembre 2011
octobre 2011
septembre 2011
aout 2011
juillet 2011
juin 2011
mai 2011
avril 2011
mars 2011
fevrier 2011
janvier 2011
decembre 2010
novembre 2010
octobre 2010
septembre 2010
aout 2010
juillet 2010
juin 2010
mai 2010
avril 2010
mars 2010
fevrier 2010
janvier 2010
decembre 2009
novembre 2009
octobre 2009
septembre 2009
aout 2009
juillet 2009
juin 2009
mai 2009
avril 2009
mars 2009
fevrier 2009
janvier 2009
decembre 2008
novembre 2008
octobre 2008
septembre 2008
aout 2008
juillet 2008
juin 2008
mai 2008
avril 2008
mars 2008
fevrier 2008
janvier 2008
decembre 2007
novembre 2007
octobre 2007
septembre 2007
aout 2007
juillet 2007
juin 2007
mai 2007
avril 2007
mars 2007
fevrier 2007
janvier 2007
decembre 2006
novembre 2006
octobre 2006
septembre 2006
aout 2006
juillet 2006
juin 2006
mai 2006
avril 2006
mars 2006
fevrier 2006
janvier 2006
decembre 2005
novembre 2005
octobre 2005
septembre 2005
aout 2005
juillet 2005
juin 2005
mai 2005
avril 2005
mars 2005
fevrier 2005
janvier 2005
decembre 2004
novembre 2004
octobre 2004
septembre 2004
aout 2004
juillet 2004
juin 2004
mai 2004
avril 2004
mars 2004
fevrier 2004
janvier 2004
decembre 2003
novembre 2003
octobre 2003
septembre 2003
aout 2003
juillet 2003
juin 2003
mai 2003
avril 2003
mars 2003
fevrier 2003
janvier 2003
decembre 2002
novembre 2002
octobre 2002
septembre 2002
aout 2002
juillet 2002