16534ème jour

Concert anniversaire

La nuit avait été courte. Nous étions chez un ami d'Alban Berg qui est l'assistant du chef du Deutsche Oper. Dans son petit appartement de Prenzlauer Berg, le quartier de Berlin-Est désormais occupé par les Bobo berlinois, il a une pièce entière dédiée à la musique avec un vieux piano Bechstein, des tonnes de partitions et de CD. Un moment vraiment agréable à l'écouter nous rejouer au piano quelques passages de la Fanciulla del West, à entendre des extraits du Winterreise et à piccoler du cognac. Vers 3 heures, notre hôte nous rappelle qu'en raison du changement d'horaire, il est déjà quatre heures et nous filons nous reposer avant d'assister à l'objet principal de notre séjour à Berlin.
Le lendemain, un peu avant onze heures, nous nous installons dans la salle de la Philharmonie juste derrière les choeurs, au centre, face au podium du chef. Pierre Boulez entre en scène.
La grande marche funèbre initiale démarre. Il est assez fascinant de voir chaque mouvement du chef répercuté avec précision dans la masse orchestrale. Il en ressort une impression de très grande clarté. La comparaison avec la Neuvième Symphonie jouée la veille est frappante. Barenboim avait dirigé avec une précision incroyable le Chicago Symphony Orchestra d'une technicité sans faille. Il en résultait une interprétation glaciale et sans âme. Boulez, à l'opposé de son habituelle image de froideur, nous donne avec la Staatskapelle une vision construite et chaleureuse de l'oeuvre. Le deuxième mouvement, facilement ennuyeux est passionnant de bout en bout. Les deux solistes Petra Lang et Diana Damrau sont absolument parfaites.
Mais le plus époustouflant est le dernier mouvement. Pierre Boulez l'aborde avec une grande lenteur et une majesté très grave. Le résultat est particulièrement convaincant. Je sors du concert totalement bouleversé, dans un état encore plus pitoyable que pour la Huitième, deux jours auparavant. Le public berlinois fait une véritable ovation chaleureuse à l'orchestre et au chef, au lendemain de ses 80 ans.
Nous passons dans les coulisses juste pour apercevoir l'homme du jour félicité par une foule compacte. Pourtant il est rapidement rappelé sur scène. Il y a eu un problème lors du concert : la fanfare de six cors qui joue en coulisse a totalement raté son passage et il a été décidé de le réenregistrer pour que la diffusion prévue le soir même sur arte soit meilleure. Tout l'orchestre est revenu sur scène dans la salle vide pour reprendre le passage délicat. Nous restons dans les coulisses juste devant les cornistes qui fixent un écran de télévision où ils peuvent voir et entendre les indications du chef. Nouvelle tentative ratée en raison de nouvelles fausses notes. Daniel Barenboim débarque. Il se met devant les cornistes et relaie pour eux les mouvements de Boulez. Cette fois-ci tout est en boîte. Je pense avec émotion à un concert donné également à Berlin, voilà cent ans, en 1905. Un jeune homme, chargé de diriger la fanfare dans les coulisses avait été chaleureusement félicité par Gustav Mahler. Il s'appelait Otto Klemperer. Soixante deux ans plus tard, le même Klemperer enregistera pour EMI les cinq concertos pour piano de Beethoven avec au piano un jeune pianiste nommé... Daniel Barenboim.
janvier 2017
decembre 2015
novembre 2015
octobre 2015
septembre 2015
aout 2015
juillet 2015
juin 2015
mai 2015
avril 2015
mars 2015
fevrier 2015
janvier 2015
decembre 2014
novembre 2014
octobre 2014
septembre 2014
aout 2014
juillet 2014
juin 2014
mai 2014
avril 2014
mars 2014
fevrier 2014
janvier 2014
decembre 2013
novembre 2013
octobre 2013
septembre 2013
aout 2013
juillet 2013
juin 2013
mai 2013
avril 2013
mars 2013
fevrier 2013
janvier 2013
decembre 2012
novembre 2012
octobre 2012
septembre 2012
aout 2012
juillet 2012
juin 2012
mai 2012
avril 2012
mars 2012
fevrier 2012
janvier 2012
decembre 2011
novembre 2011
octobre 2011
septembre 2011
aout 2011
juillet 2011
juin 2011
mai 2011
avril 2011
mars 2011
fevrier 2011
janvier 2011
decembre 2010
novembre 2010
octobre 2010
septembre 2010
aout 2010
juillet 2010
juin 2010
mai 2010
avril 2010
mars 2010
fevrier 2010
janvier 2010
decembre 2009
novembre 2009
octobre 2009
septembre 2009
aout 2009
juillet 2009
juin 2009
mai 2009
avril 2009
mars 2009
fevrier 2009
janvier 2009
decembre 2008
novembre 2008
octobre 2008
septembre 2008
aout 2008
juillet 2008
juin 2008
mai 2008
avril 2008
mars 2008
fevrier 2008
janvier 2008
decembre 2007
novembre 2007
octobre 2007
septembre 2007
aout 2007
juillet 2007
juin 2007
mai 2007
avril 2007
mars 2007
fevrier 2007
janvier 2007
decembre 2006
novembre 2006
octobre 2006
septembre 2006
aout 2006
juillet 2006
juin 2006
mai 2006
avril 2006
mars 2006
fevrier 2006
janvier 2006
decembre 2005
novembre 2005
octobre 2005
septembre 2005
aout 2005
juillet 2005
juin 2005
mai 2005
avril 2005
mars 2005
fevrier 2005
janvier 2005
decembre 2004
novembre 2004
octobre 2004
septembre 2004
aout 2004
juillet 2004
juin 2004
mai 2004
avril 2004
mars 2004
fevrier 2004
janvier 2004
decembre 2003
novembre 2003
octobre 2003
septembre 2003
aout 2003
juillet 2003
juin 2003
mai 2003
avril 2003
mars 2003
fevrier 2003
janvier 2003
decembre 2002
novembre 2002
octobre 2002
septembre 2002
aout 2002
juillet 2002