19663ème jour

Les concertos pour clavier de Bach à Pleyel I

Aller retour à Dijon, réunion tendue, retour par le train de 17h00 car ce soir je retrouve Bach et ses concertos pour clavier(s) rarement joués et programmés en deux soirs par la Salle Pleyel qui utilise le nom de Martha Argerich avec un peu d’outrance, celle-ci ne jouant que neuf minutes chaque soir, et encore, l’une des parties du concerto pour quatre claviers. J’ai deux places pour ces deux concerts, la seconde étant probablement destinée à Ambr*ise et je trouve rapidement preneur, ce soir un californien bougon à lunettes qui est donc assis à côté de moi en arrière scène.
Le principe de ces deux concerts est d’avoir un pianiste différent à chaque concerto et le programme démarre par le Concerto pour clavier BWV 1055 avec Nelson Goerner, puis le BWV 1056 avec Stephen Kovacevich. Il est passionnant de comparer le son des deux pianistes, Kovacevich au son plus dur que Goerner mais qui nous donne un magnifique deuxième mouvement accompagné par les pizzicati hélas pas toujours ensemble. Gabriela Montero nous offre une improvisation (bien inutile) dans le style de Bach puis c’est le trop rare Concerto pour deux claviers BWV 1062 joué par les sœurs Khatia et Gvantsa Buniatishvili. Pendant l’entracte, deux autres pianos sont installés, puis Michel Dalberto, Frank Braley et David Kadouch (blanc comme un linge) nous donnent le Concerto pour trois claviers BWV 1063 et c’est le finale avec le Concerto pour quatre claviers BWV 1065 plein d’énergie et quii fait toujours un triomphe en cocert avec, excusez du peu, Dong-Hyek Lim, Martha Argerich, Lilya Zilberstein et Mauricio Vallina (très élégant avec ses cheveux plaqués). Tous les pianistes du concert saluent, ils sont douze sur scène, puis dans une cohue amusante, le dernier mouvement du Concerto pour quatre claviers est bissé et il est amusant de voir, Michel Dalberto, Nelson Goerner, Frank Braley et David Kadouch servir de tourneur de pages de luxe à leurs collègues.
Longue conservation téléphonique avec Kit avant de dormir.
janvier 2017
decembre 2015
novembre 2015
octobre 2015
septembre 2015
aout 2015
juillet 2015
juin 2015
mai 2015
avril 2015
mars 2015
fevrier 2015
janvier 2015
decembre 2014
novembre 2014
octobre 2014
septembre 2014
aout 2014
juillet 2014
juin 2014
mai 2014
avril 2014
mars 2014
fevrier 2014
janvier 2014
decembre 2013
novembre 2013
octobre 2013
septembre 2013
aout 2013
juillet 2013
juin 2013
mai 2013
avril 2013
mars 2013
fevrier 2013
janvier 2013
decembre 2012
novembre 2012
octobre 2012
septembre 2012
aout 2012
juillet 2012
juin 2012
mai 2012
avril 2012
mars 2012
fevrier 2012
janvier 2012
decembre 2011
novembre 2011
octobre 2011
septembre 2011
aout 2011
juillet 2011
juin 2011
mai 2011
avril 2011
mars 2011
fevrier 2011
janvier 2011
decembre 2010
novembre 2010
octobre 2010
septembre 2010
aout 2010
juillet 2010
juin 2010
mai 2010
avril 2010
mars 2010
fevrier 2010
janvier 2010
decembre 2009
novembre 2009
octobre 2009
septembre 2009
aout 2009
juillet 2009
juin 2009
mai 2009
avril 2009
mars 2009
fevrier 2009
janvier 2009
decembre 2008
novembre 2008
octobre 2008
septembre 2008
aout 2008
juillet 2008
juin 2008
mai 2008
avril 2008
mars 2008
fevrier 2008
janvier 2008
decembre 2007
novembre 2007
octobre 2007
septembre 2007
aout 2007
juillet 2007
juin 2007
mai 2007
avril 2007
mars 2007
fevrier 2007
janvier 2007
decembre 2006
novembre 2006
octobre 2006
septembre 2006
aout 2006
juillet 2006
juin 2006
mai 2006
avril 2006
mars 2006
fevrier 2006
janvier 2006
decembre 2005
novembre 2005
octobre 2005
septembre 2005
aout 2005
juillet 2005
juin 2005
mai 2005
avril 2005
mars 2005
fevrier 2005
janvier 2005
decembre 2004
novembre 2004
octobre 2004
septembre 2004
aout 2004
juillet 2004
juin 2004
mai 2004
avril 2004
mars 2004
fevrier 2004
janvier 2004
decembre 2003
novembre 2003
octobre 2003
septembre 2003
aout 2003
juillet 2003
juin 2003
mai 2003
avril 2003
mars 2003
fevrier 2003
janvier 2003
decembre 2002
novembre 2002
octobre 2002
septembre 2002
aout 2002
juillet 2002